Prime Sarkozy : déception des syndicats dans l’assurance

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Les premiers accords ou décisions sur la prime de partage des profits commencent à être connus…Les montants sont souvent très loin de ceux espérés par les syndicats.

Instituée par la loi du 28 juillet 2011 de Financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011, la "prime sarkozy" devait permettre aux salariés des entreprises qui réalisent des profits de bénéficier, en plus de leur rémunération, d'une partie des fruits de leur travail. Mais tandis que le plafond d’exonération de la loi était fixé à 1200€, et que le montant annoncé par l’Etat faisait référence à une somme de 1000€, la majorité des primes seraient en réalité plutôt…de dix fois moins. Pour ceux qui ont bouclé les négociations, les primes reçues oscillent pour le moment entre 100 € et 800€ bruts, selon un document CFDT.

entre 100 et 800 euros  

Les premiers accords à hauteur de 100€ ont été conclus dans les entreprises suivantes : Aviva , Axa Groupe, Groupama/Gan, Groupama PJ, Swiss Life. Ont été plus généreuses, la CNP (350 € en moyenne), la GMF (500€) et MFPrévoyance (300€). Des montants jugés souvent insuffisants par les syndicats, qui craignent par ailleurs de voir cette prime empiéter sur les négociations salariales annuelles obligatoires, les NAO qui, pour certaines, ont déjà commencé.

decisions unilatérales

Signe de ce mécontentement, la plupart de ces primes ne sont pas l’aboutissement d’un accord de l’entreprise avec les organisations syndicales, mais relèvent, in fine, d’une décision unilatérale de la direction. Dans le cas d’Aviva par exemple, la CFDT demandait 600€, la CFE-CGC  300€ et l’UNSA 500 € nets correspondant à 1% des dividendes. La direction, qui avait, commencé par une prime de 50€, a fini après des échanges, par une proposition de 100€ bruts (soit 92 euros nets). A contrario, chez Filassistance, filiale de la CNP, l’accord a été signé par la CFDT, la CGT et la CFTC : il est vrai qu'il prévoit une prime de 800€ et un abondement de 10% si celle-ci est versée au Plan d'épargne entreprise (PEE)

Plutôt qu'une prime, d'autres entreprises ont choisi de verser une somme sous forme de complément d’intéressement comme chez COVEA, la MAAF (500€) , MMA (500€). Pour sa part, la SCOR a décidé d’accorder 20 actions gratuites. Cette dernière idée a rendu sceptique des syndicats échaudés par un contexte économique où le manque de visibilité des marchés domine.
.

Maison mere en france

Tous les assureurs ne sont toutefois pas toujours éligibles. Les salariés de Generali France et d’Allianz France ne sont pas, par exemple, concernés par la loi puisque leur maison mère est italienne ou allemande.La mesure s'impose en effet aux seules sociétés de plus de 50 salariés, qui cette année augmentent leurs dividendes, et dont la maison mère est située en France.

Madeleine Vatel  




Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin imprimer envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

 


Rechercher
Abonnez-vous
RSS Twitter Facebook Viadeo Application Connectez-vous