Solvabilité 2 : l’impact sur les sous-traitants ne doit pas être sous-estimé

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Courtiers, délégataires de gestion, grossistes…. : tous sont concernés par la directive européenne que les assureurs. Un point essentiel sur lequel le cabinet R&B Partners a attiré l’attention des congressistes réunis à Réavie, au vu d’un sondage où 64% des cabinets interrogés ont déclaré que le degré de connaissance de leur entreprise était « nul » sur la directive…

64% des intermédiaires (courtiers et délégataires) affirment que leur entreprise n’y connait strictement rien à Solvabilité 2… ! Voilà qui détonne, à à peine plus d’un an de l’entrée en vigueur officielle de la directive. Ainsi, selon le sondage très intéressant mené par le cabinet R&B Partners, seuls 36% des courtiers d’assurance interrogés connaissent la directive ; un taux deux fois moins élevé que chez les délégataires (63%). Pourtant, comme l’a rappelé Caroline Albanet-Sarocchi, associé et directeur général de R&B Partners, les obligations de Solvabilité 2 vont avoir des impacts directs et indirects pour les sous-traitants des assureurs, en matière de gestion des risques, de la gestion des données et également concernant le reporting auprès des assureurs, notamment sur la souscription. Un domaine où 25% du panel resserré (seuls les 36% de courtiers affirmant connaître la directive étant interrogés) affirment ne pas faire de reporting aujourd’hui auprès de leurs assureurs, même si une très forte majorité d’entre eux (69%) pensent que Solvabilité 2 aura des impacts sur leurs systèmes d’information. En tout cas, l’étude met très clairement en lumière la nécessité pour les assureurs d’informer leurs intermédiaires des conséquences qu’aura la directive sur leur activité et leur organisation, a conclu Caroline Albanet-Sarocchi.
Catherine Dûfrene



Effectuer une autre recherche

Rechercher