REAVIE

A la recherche d'un modèle économique pour la prévention

Par - Publié le

,

,

De plus en plus d'acteurs du monde de l'assurance proposent des solutions de prévention et d'accompagnement destinées aux salariés. Pour autant, beaucoup ont encore du mal à en évaluer le retour sur investissement pour leurs entreprises clientes. 

«Le modèle économique reste encore à inventer», Olivier Jonckheere, directeur prévoyance et santé collectives d’Aon.
«Le modèle économique reste encore à inventer», Olivier Jonckheere, directeur prévoyance et santé collectives d’Aon.
C.Latour

Siaci Saint-Honoré (MyPrevention), Malakoff Mederic (Entreprise territoire de santé), Harmonie Mutuelle (La santé gagne l’entreprise)…C’est un fait : depuis plusieurs mois, tous les acteurs du monde de l’assurance se sont emparés du sujet santé au travail. A l’occasion de Réavie 2015, un atelier intitulé « du curatif au préventif, les individus changent leur approche de la santé » a d'ailleurs connu un franc succès, avec autour de la table des courtiers, des assureurs et des assisteurs.

Une règlementation incitative

 « Les 2% de solidarité qui sont désormais réservés au financement d’actions de prévention ont poussé les entreprises à investir ce segment. Beaucoup d’entre elles cherchent encore quel est le meilleur moyen d’utiliser ce financement, et décident donc de faire appel aux compétences des acteurs du monde de l'assurance », observe Philippe Ricard, directeur du développement de Klesia.

un retour sur investissement

Seulement voilà, si une demande de services s’exprime clairement sur le terrain, les entreprises recherchent avant tout des résultats. «Le risque arrêt de travail s’est fortement dégradé au cours des dernières années. Nous sommes donc convaincus que parler de prévention et de pilotage de l’absentéisme avec nos clients est une bonne chose. Pour autant, ces derniers attendent surtout, de ces services, un retour rapide sur investissement», indique Olivier Jonckheere, directeur prévoyance et santé collectives d’Aon. Avant d’ajouter : «C’est l’une des problématiques que nous tentons aujourd’hui de résoudre : proposer des solutions de santé au travail qui soient prospectives et s’inscrivent dans les budgets». Pour lui, aucun doute, le modèle économique reste encore à inventer».

Vers une décroissance des systèmes de protection sociale?

Toutefois, la protection des données médicales étant très réglementée en France, tous les acteurs interrogés reconnaissent qu’il est difficile aujourd’hui d’évaluer l’impact des actions de prévention et d’accompagnement des salariés dans leur parcours de soin, dans les entreprises. Que faire ? « Pour toucher les gens et les inciter à adopter ces solutions, il faut travailler sur le coût du service, mais aussi que les assureurs, courtiers et assisteurs travaillent désormais davantage ensemble », propose Eric Vilon, directeur général de Bien-Etre assistance. « Si on ne trouve pas de modèle économique autour de la prévention, je crains que l’on soit confronté à une décroissance des systèmes de protection sociale », conclut Olivier Jonckheere.



Effectuer une autre recherche

Rechercher