precedent Suivant Protection sociale complémentaire : un monde en mouvement 11 / 15

Aesio, une union mutualiste à la conquête du grand collectif

Par - Publié le

,

,

,

,

,

Le nouveau géant mutualiste, fruit de l’union d’Adrea, Apréva et Eovi MCD, sera opérationnel le 1er novembre. Objectifs  : se développer sur les branches, les grandes entreprises et se diversifier, notamment sur la prévoyance. Explications de Maurice Ronat et Emmanuel Roux, président et directeur général de l’UMG Aesio.

Emmanuel Roux et Maurice Ronat
(de g. à dr.), respectivement directeur général et président de la
nouvelle union Aesio.
Emmanuel Roux et Maurice Ronat (de g. à dr.), respectivement directeur général et président de la nouvelle union Aesio.

Solidarité financièreet développement

Maurice Ronat : L’histoire du groupe Aesio a débuté avec le rapprochement entre Adrea Mutuelle et Eovi MCD Mutuelle, toutes deux présentes sur le même territoire (sud de la Loire), mais pas sur les mêmes départements. Elles étaient donc complémentaires. Elles souhaitaient être présentes au nord de la France : les dirigeants d’Apréva ont été approchés il y a deux ans et ont donné leur accord au projet, l’UMG permettant de conserver les histoires et spécificités de chacune des mutuelles. L’année 2015 a été l’année de ­réflexion, et 2016 celle de l’accomplis­sement… et de nombreuses discussions avec l’ACPR.

Emmanuel Roux : L’union mutualiste de groupe (UMG) Aesio a été créée sur le principe d’une solidarité financière intégrale : pour maximiser notre capacité de développement, nous devons maximiser notre solidarité.

M.R. : Sur le principe, Solimut doit nous rejoindre en 2017 : c’est aujourd’hui une UMG qui intègre une dizaine de mutuelles. Elle rejoindra l’UMG Aesio à partir du moment où elle deviendra Solimut Mutuelle.

La subsidiarité au cœur du fonctionnement

E.R. : Aesio va réunir les forces stratégiques et commerciales des mutuelles sur la partie grands comptes, courtage et branches professionnelles. Pour ce faire, une cinquantaine de collaborateurs rejoindra le périmètre du groupe dans les prochaines semaines. Nous aurons également, avec la création du groupe Aesio, une capacité de dialogue accrue avec les partenaires sociaux. Le tout sera supervisé par un directeur du développement, qui rejoindra le groupe en novembre.

M.R. : Les trois mutuelles sont des mutuelles de terrain, leaders sur leurs marchés territoriaux respectifs. Ainsi, tout ce qui va concerner la santé individuelle restera du champ de chacune des mutuelles. Seconde grande mission d’Aesio en complément des grands comptes, du courtage et des branches : la diversification produit, entre autres sur la prévoyance.

Aesio c’est...

  • 3 millions de personnes couvertes (3,7 millions, à terme, avec Solimut)
  • 6e place dans le Top 30 Santé de L’Argus de l’assurance (2e place en intégrant Solimut)

E.R. : Les principes fondateurs ­d’Aesio sont la subsidiarité et la mutualisation. N’y est traité que ce qui est mieux géré au niveau du groupe qu’au sein de chacune des mutuelles séparément. Les ressources du groupe Aesio sont d’abord celles des mutuelles, à l’exception de quelques recrutements extérieurs ciblés. Sur le volet opérationnel, la phase politique est conclue, la phase institutionnelle est en cours et le démarrage opérationnel et commercial aura lieu le 1er novembre prochain.

Sur tous les fronts : grandes entreprises, travailleursindépendants, fonctionnaires

E.R. : Le modèle économique de la complémentaire santé a profondément changé, du fait des chocs réglementaires et fiscaux subis depuis cinq ans. Il nous faut enrichir nos offres en tirant parti de tous nos atouts en tant qu’acteur global de santé. Nous devons être beaucoup plus présents sur certains segments de marché. Et pour cela, nous appuyer sur notre capacité à investir, en coconstruisant les services avec les trois mutuelles et nos adhérents, en nous servant en particulier des effets de levier créés par le digital et en personnalisant nos solutions.

M.R. : Un autre dossier important qui va se présenter dans les semaines à venir est celui des travailleurs indépendants. Le seuil de conventionnement avec le RSI va passer de 23 000 personnes couvertes à 600 000. Le groupe Aesio en compte aujourd’hui environ 350 000. Nous souhaitons travailler avec toutes les mutuelles intéres­sées pour parvenir à une réponse commu­ne qui permette aux mutuelles qui le souhaitent de travailler ensemble tout en préservant leur indépendance.

E.R. : La réduction du nombre d’organismes conventionnés causée par ce relèvement de seuil (NDLR : de 18 à 2) pose beaucoup de questions sur les plans techniques, organisationnels, humains… Nous avons proposé que notre organisme conventionné, ­« ­Solead professions indépendantes », soit fortement contributeur pour constituer un nouvel organisme conventionnel sur une base plus large.

M.R. : Au-delà du développement commercial sur les grands comptes, le courtage et les branches, nous réfléchissons également aux référencements au sein des ministères de la fonction publique. À titre d’exemple, Eovi MCD gère également les ­mutuelles étudiantes du Sud-Ouest (via Vittavi, ex-Myriade)… Bref, nous gérons déjà des travailleurs indépendants et des étudiants. Nous avons un savoir-faire pour être amenés à gérer du régime obligatoire.

L’enjeu majeur de la diversification

M.R. : La diversification de l’offre représente pour notre groupe un enjeu majeur, car notre portefeuille est aujourd’hui constitué d’une offre santé à plus de 90 %. Nous voulons conserver notre volume en santé, voire le développer, tout en diversifiant sur la prévoyance pour qu’elle atteigne jusqu’à 20 % de notre activité. Nous considérons qu’un individu, s’il doit souscrire un contrat prévoyance, se tournera plus naturellement vers une mutuelle que vers une banque.

Nous allons travailler par conséquent sur de nouveaux produits : certains seront proposés direc­tement par les mutuelles, d’autres le seront avec des partenaires. Nous nous sommes donnés jusqu’au 31 ­décembre pour organiser cette stratégie sur la prévoyance et l’épargne-retraite, sans oublier une réflexion sur l’IARD . Ce sont des axes de fidélisation, ouvrant la voie au multiéquipement.

Mutex, une clarification en cours

M.R. : Nous sommes un actionnaire important de Mutex : la redéfinition du pacte d’actionnaires est en cours. Les évolutions possibles de l’actionnariat doivent conduire chaque ­acteur à clarifier ce qui doit être mutualisé dans l’outil Mutex et ce qui doit être porté en propre, compte tenu des enjeux de marché et de ­diversification.

Aujourd’hui, les mutuelles du groupe Aesio produisent beaucoup de prévoyance pour Mutex. Il y aura à terme un partage intelligent sur ce dossier, entre ce qu’on a envie de mutualiser et ce qui relève d’une stratégie plus autonome. Mutex a un avantage : il évite, pour les entreprises, de se faire démarcher par un grand nombre de mutuelles différentes.

Services et réseau de soins

M.R. : Nos mutuelles sont légitimes sur les services touchant directement à la personne : aide aux ­aidants, ­actions de prévention, dépistages… La question des réseaux de soins se pose aussi, nos mutuelles n’étant pas actuellement au même niveau.

E.R. : La réflexion sur l’enrichis­sement en services est démarrée au niveau des mutuelles et se conso­lidera au niveau d’Aesio. Elle se ­réalise, aussi, via une coconstruction avec les adhérents. Les capacités d’investissements créés par la création du groupe Aesio nous permettront de construire des services de protection au plus juste des besoins, au service des adhérents actuels et à venir, en capitalisant sur notre force, celle de la proximité dans les territoires et des entreprises qui y sont implantées.


precedent Suivant Protection sociale complémentaire : un monde en mouvement 11 / 15

Maurice Ronat

Maurice Ronat

Président d'Eovi MCD Mutuelle, du groupe Aesio et de l'Unocam, 2e vice-président de la Mutualité française Loire SSAM

Maurice Ronat est né le 31 juillet 1947. Formation comptable. 1981-99 : administrateur de la mutualité française Loire. 1997-2014 : président de la Fédération nationale de la [...]

Lire la suite
Emmanuel Roux

Emmanuel Roux

Directeur général du groupe Aesio

Emmanuel Roux est né en 1969. Agrégé et docteur en philosophie. Études à l’École Nationale d’Administration (ENA). 2004-07 : auditeur affecté à la 6e chambre, [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous