Agrica : une Sgaps mais pas encore d'alliance

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Afin d'être conforme à Solvabilité 2, Agrica a décidé de créer une société de groupe assurantiel de protection sociale (Sgaps), regroupant ses trois institutions de prévoyance.  Mais le groupe de protection sociale du monde agricole a repoussé à 2017 sa stratégie en retraite agricole.

François Gin, directeur général d'Agrica
François Gin, directeur général d'Agrica
©Valerie Couteron

On en sait désormais un peu plus sur la stratégie d’Agrica. Le 19 mai dernier, lors de la présentation des résultats du groupe de protection sociale (GPS), son directeur général François Gin avait indiqué que les questions autour de l’avenir d’Agrica au sein de l’Alliance Pro, et de la forme que prendrait le groupe prudentiel constitué de ses trois institutions de prévoyance (Agri Prévoyance, CPCEA, CCPMA Prévoyance), seraient tranchées au 30 juin 2016 au plus tard.

Une Sgaps dans les tuyaux

Force est de constater que le calendrier a été – en partie – respecté. « Réunis le 28 juin, les conseils d’administration des instances d'Agrica ont fait le choix de créer une Société de groupe assurantiel de protection sociale (Sgaps), traduisant le solidarité entre les trois IP, et répondant ainsi de leurs engagements auprès de l’ACPR, conformément aux règles de Solvabilité 2 », précise une source en interne. « Les travaux vont être engagés afin que cette Sgaps soit créée au plus tard au 30 juin 2017 », ajoute-elle.

Favoriser l'unité du monde agricole

En revanche, la position d’Agrica au sein de l’Alliance Pro – projet d'alliance professionnelle qui, à l'origine, concernait également Audiens, B2V, IRP Auto, Lourmel et Pro BTP  ne semble toujours pas arrêtée. « Les administrateurs ont réaffirmé leur volonté de traduire au travers d’Agrica l’unité du monde agricole. De ce fait, concernant les institutions de retraite complémentaire du groupe, les administrateurs ont défini un plan de travail consistant à sélectionner avant le 30 juin 2017, et sur la base d’un cahier des charges respectant la stratégie d’Agrica, un opérateur qui - avec l'IRC Arrco des salariés de l'agriculture Camarca et Agrica retraite Agirc – dépasserait le plancher de 10% de l’activité retraite complémentaire nationale », indique notre source.

Pour rappel, suite à l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 13 mars 2013 sur les retraites complémentaires, les partenaires sociaux avaient précisé qu’aucun GPS ne pourrait désormais avoir une activité retraite inférieure à 10% de l’ensemble Agirc-Arrco. Or, le poids d’Agrica au sein de l’Agirc-Arrco ne s’élèverait aujourd’hui qu’à 3,6%.

Un nouveau report ? 

Ce cahier des charges n’a, toutefois, pas encore été transmis à l’Instance de coordination Agirc-Arrco-Ctip (Icaac). Pas sûr que cette dernière réponde favorablement à ce report de calendrier, l’instance ayant initialement laissé jusqu’au 30 juin… 2016 à Agrica pour l’informer de ses intentions de rapprochement.  


François Gin

François Gin

Ex-Directeur général d'Agrica

François Gin est né en 1955. Diplôme en droit. Diplôme de l'Ecole nationale de sécurité sociale (EN3S). 1984-87 : attaché de direction à la Caisse MSA de Côte [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher