Allemagne : Axa cède son fonds de pension à un investisseur chinois

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Axa Deutschland a été contrainte de vendre une partie de son portefeuille de prévoyance retraite d'entreprise. La décision de la filiale de l'assureur français intervient dans un environnement de taux bas.

Alexander Vollert, directeur général d'Axa Allemagne
Alexander Vollert, directeur général d'Axa Allemagne
Christian Kaufmann

Axa Deutschland a annoncé sa décision de vendre en run-off son fonds de pension « Pro bAV Pensionskasse AG »  - soit 260 000 contrats pour un encours  de 3 Md€ - à la plateforme Frankfurter Leben détenue par l’investisseur chinois Fosun. La filiale du groupe d’assurance français a également annoncé la cession prochaine d’un autre portefeuille de 32 000 contrats gérés actuellement en externe. Le montant de la transaction n’a pas été divulgué.

« La prévoyance et les retraites d’entreprise restent néanmoins un pilier de la stratégie d’Axa en Allemagne », a tenu à préciser le directeur général, Alexander Vollert, lors d’une téléconférence le 30 janvier. La vente de Pro BAV Pensionskasse est ainsi présentée comme un « cas particulier ». La cession ne porte que sur 6% de l’ensemble du portefeuille de prévoyance d’AXA Allemagne. « Nous n’avons pas d’autres plans », a-t-il insisté.

Suppression des avantages fiscaux

Axa Deutschland a justifié cette décision par un contexte de taux bas, mais également par la suppression des avantages fiscaux pour les retraites d’entreprise en 2006. Faute de demandes, la commercialisation des contrats a été suspendue en 2012. « C’est la meilleure solution pour chaque partie », a insisté Alexander Vollert. L’assureur souhaite, par cette décision, libérer du capital et affirme que les clients auront une meilleure qualité de services. Frankfurter Leben, spécialisée dans la gestion des contrats en run-off, serait en mesure de réduire les coûts de gestion de 15% (par rapport à 2016), selon Axa Deutschland.

Perte de confiance des Allemands

La décision devrait néanmoins encore accentuer la perte de confiance des Allemands dans les produits de prévoyance dont les cessions à des entreprises, étrangères notamment, sont décriés par de nombreux experts. Selon ces derniers, plus de 20 millions de contrats Vie pourrait être cédés en run-off sur les 90 millions existants. Generali envisage notamment la vente de toutes ses activités Vie en Allemagne. D’autres ont décidé de gérer en interne le run-off, comme Ergo, la filiale du réassureur allemand Munich Re.



Effectuer une autre recherche

Rechercher