Allemagne : Axa résilie 18000 contrats invalidité

Par - Publié le

,

L’assureur a fait valoir son droit de résiliation sur près de 18.000 contrats invalidité à cause des « taux bas » et des « progrès de la médecine ».

Thierry Daucourt, membre du conseil de surveillance d'Axa, a justifié les résiliations par des dérives de coûts.
Thierry Daucourt, membre du conseil de surveillance d'Axa, a justifié les résiliations par des dérives de coûts.

Le produit lancé par Axa en 2006 se voulait une solution alternative pour ceux qui ne pouvaient pas souscrire d’assurance invalidité pour diverses raisons, notamment en raison d’un mauvais bilan santé ou de tarifs trop élevés. En cas d’accident, Axa promettait une pension de 500 à 3000 euros par mois en fonction du montant des cotisations. « C’est un produit intéressant mais très cher qui offre une protection dans les cas les plus graves à ceux qui n'en ont pas », avait jugé à l’époque la puissante association de consommateurs Stiftung Warentest.

Mauvaises conditions de marché

Les conditions du marché ont obligé néanmoins l’assureur français à stopper sa distribution en Allemagne en 2010. Aujourd’hui, il se voit contraint de résilier plus de 17.000 contrats intitulés « retraite-accident » (en allemand : « Unfall-Kombirente »). Axa Allemagne n’a pas publié de communiqué. Cette décision controversée dans les milieux de l’assurance a été révélée par le très sérieux quotidien libéral de gauche, « Süddeutsche Zeitung ».

Depuis l’introduction de cet ersatz d’assurance invalidité, il y a douze ans, le contexte économique a changé, argumente Axa, notamment avec la baisse des taux d’intérêt. Thierry Daucourt, membre du conseil de surveillance, l’a expliqué dans une lettre adressée aux clients concernés en avril dernier : « En raison des progrès de la médecine, les coûts de votre contrat ont beaucoup augmenté ces dernières années », a-t-il expliqué. « Cela ne nous permet plus d’assurer nos prestations avec les tarifs actuels », ajoute-t-il.

Une alternative critiquée

Axa estime qu’il a fait jouer son droit de résiliation car il s’agit d’une assurance accident et non pas d’une assurance Vie ou retraite. 17.5000 assurés et 17861 contrats sont concernés. En remplacement, Axa a proposé ses clients une « alternative abordable » et « avantageuse » pour passer à une autre assurance invalidité sans nouveau « check santé ».

Selon le « Süddeutsche Zeitung », ces contrats de remplacement sont beaucoup plus chers pour le client sous les mêmes conditions. Sans changement de tarif, la pension invalidité sera réduite et ne sera versée que jusqu’à 67 ans. « Les clients paient les conséquences des mauvais calculs d’Axa », critique le quotidien qui juge que ces résiliations – même si elles sont légales – sont très mal perçues dans les milieux de l’assurance. « Elles sont très inhabituelles lorsqu’il s’agit de contrat permettant d’assurer son existence », juge le journal.



Effectuer une autre recherche

Rechercher