Allianz : bénéfice en hausse de 37 % au troisième trimestre

Par - Publié le

,

,

L'assureur allemand a publié un bénéfice de 1,9 Md€ au troisième trimestre 2016, en hausse de 37 % sur un an. En dépit du Brexit et des taux bas, le secteur vie a réalisé de très bons résultats tout comme l'activité dommages, qui n'a pas pâti des tremblements de terre survenus en Italie. 


Markus Dlouhy

Après un premier semestre décevant, Allianz a repris des couleurs. Épargné par les cat'nat de juillet à septembre et grâce à de bons résultats dans l'assurance vie, le premier assureur européen affiche des résultats qui dépassent les prévisions des analystes, notamment le bénéfice, de 1,9 Md€ au troisième trimestre, en hausse de près de 37 % sur un an. Tandis que le chiffre d'affaires progresse lentement de 0,5% à 27,7 Md€ (+1,7% en données corrigées), le résultat opérationnel du groupe fait un bond de 18,2% à 2,9 Md€.

Le début d'année décevant s'expliquait par la stratégie d'Oliver Bäte, le président d'Allianz, qui s'applique à faire le ménage depuis son arrivée il y a un an et demi en cédant - même à pertes - toutes les activités non rentables du groupe dans le monde. Or, il n'y a pas eu de telle charge exceptionnelle au troisième trimestre. Par ailleurs, le secteur vie a enregistré d'excellents résultats, doublant son bénéfice opérationnel à 1,1 Md€. Quant aux dommages, ils ont rapporté 1,4 Md€, en hausse de 3%. Les tremblements de terre en Italie n'ont eu qu'un très faible impact sur les comptes car la plupart des bâtiments endommagés ne sont pas assurés.

« Nos efforts pour développer nos activités dans un contexte difficile ont été récompensés. Nous améliorons nos résultats malgré les taux bas et le Brexit », s'est félicité Dieter Wemmer, directeur financier du groupe. « Nous constatons surtout une croissance durable et profitable dans de nombreux segments », a-t-il ajouté.

 

Amélioration du ratio combiné

 

Dieter Wemmer a donc pu confirmer ses prévisions pour l'année 2016, soit 10,5 Md€ de bénéfice avec une marge d'erreur de 500 M€, dépassant là encore légèrement celles des analystes. Les bonnes performances d'Allianz se traduisent surtout par l'amélioration de son ratio combiné par rapport au troisième trimestre de l'année passée de 94,1 à 93,5%. Le ratio de solvabilité reste solide à 186%. 

Enfin, le ciel s'éclaircit enfin pour la filiale Pimco (Pacific Investment Management Company), le gestionnaire obligataire américain du groupe. Le résultat opérationnel atteint de 600 M€ et la décollecte est enfin stoppée avec un premier bilan positif des entrées et des sorties de capitaux depuis 2013 (+4,7Md€). Oliver Bäte peut souffler. Il avait fixé comme objectif aux Américains de renverser la vapeur avant la fin de l'année.



Effectuer une autre recherche

Rechercher