Assurance collective santé

ANI : début d’année chargé pour les organismes assureurs

Par - Publié le

,

,

,

La réforme de la complémentaire santé a amené les organismes à mettre les bouchées doubles dans les dernières semaines de 2015… et les premières de 2016.

La réforme de la généralisation de la complémentaire santé ne s'est pas arrêtée au 1er janvier 2016 : de nombreuses entreprises souscrivent des contrats en ce début d'année.
La réforme de la généralisation de la complémentaire santé ne s'est pas arrêtée au 1er janvier 2016 : de nombreuses entreprises souscrivent des contrats en ce début d'année.
DR

Entre la signature de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 et l’entrée en vigueur d’une de ses principales mesures, la généralisation de la complémentaire santé au 1er janvier 2016, il s’est écoulé un peu moins de trois années durant lesquelles beaucoup d'encre ont coulé autour de cette réforme.

Ce n’est pourtant que dans la dernière ligne droite que les entreprises se sont majoritairement activées – et les organismes assureurs de connaître, donc, une forte activité fin 2015… et début 2016. Aux dires de tous, les demandes de renseignement ont fortement augmenté.

Dès fin janvier, le directeur général de SwissLife Prévoyance et Santé Pierre François faisait les comptes : la moitié des 20 000 contrats annoncés par l’assureur avait été conclue durant le seul mois de décembre 2015. «Après un démarrage timide à partir de septembre, nous avons constaté une accélération massive des souscriptions en décembre, tendance qui se poursuit fortement en janvier» expliquait-il. Même mouvement du côté de Malakoff Médéric puisque selon son directeur général adjoint Christophe Scherrer, «il y a eu cinq fois plus de production sur décembre qu’en temps normal».

Mais les premiers mois de 2016, même s’ils ne sont pas aussi intenses que décembre 2015, témoignent d’une activité encore fort importante. L’absence de sanctions formelles en cas de non mise en place d’une couverture complémentaire santé, en dehors de poursuites prud’homales, n’a pas incité toutes les entreprises à s’équiper avant le jour J. Plusieurs plateformes téléphoniques ont ainsi croulé sous les appels durant les premières semaines de l'année.

«Nous accueillons actuellement 200 à 300 nouvelles entreprises par semaine» estime ainsi Jean-Louis Mercier, directeur général adjoint développement et service aux adhérents d'Harmonie Mutuelle, à l’occasion de la récente conférence « Marché des TNS et TPE » de l’Argus de l’Assurance. Les demandes de renseignements ont de leur côté explosé «de l’ordre de 200 à 300%».

L’anticipation a été le maître mot de plusieurs acteurs, qui ont recruté des renforts pour faire face à cette échéance. La dématérialisation a également permis d’accélérer les processus de souscription, représentant ainsi, selon M. Mercier, 30% des nouvelles adhésions pour Harmonie Mutuelle.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher