Appel à la grève à La Mutuelle des étudiants (LMDE)

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Les syndicats Unsa, CFE-CGC et CFDT de LMDE appellent tous les salariés à cesser le travail ce jeudi 25 juin. Soucieux de préserver les emplois, ils demandent à ce que l’ACPR valide rapidement la reprise de La Mutuelle des étudiants par la mutuelle Interiale.

Les syndicats de La Mutuelle des étudiants s'inquiètent des retards dans la mise en oeuvre du plan de sauvetage de LMDE
Les syndicats de La Mutuelle des étudiants s'inquiètent des retards dans la mise en oeuvre du plan de sauvetage de LMDE
EXCLUSIF  

Les tensions se confirment alors que le plan de sauvetage de La Mutuelle des étudiants arrive dans sa dernière ligne droite. Les trois syndicats représentatifs de La Mutuelle des étudiants, UNSA, CFDT et CFE-CGC, appellent les quelque 550 salariés à une journée de grève et de manifestation dans toute la France le jeudi 25 juin. Un mouvement  qui devrait être suivi au regard des premiers votes sur la motion syndicale. Des assemblées générales sont prévues, demain mercredi 24 juin, à Lille, Rennes, Grenoble et Lyon. Pour résumer l’objet de ce mouvement, les syndicats souhaitent que le sauvetage de la mutuelle, en proie à de graves difficultés, avance plus vite.

Menace sur les emplois

Comme l’indiquait hier, lundi 22 juin, l’Argus de l’assurance, les représentants des salariés s’inquiètent du retard pris par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dans la validation de la nouvelle convention de substitution de LMDE par la mutuelle Intériale. A défaut de feu vert de l’ACPR, les syndicats craignent que tout le schéma de sauvetage tombe à l’eau : « Sans convention de substitution, il n’y a plus de LMDE, et donc plus de délégation du régime obligatoire et donc plus de possible transfert de la gestion du RO et de 450 emplois à la Cnam comme prévu », décrypte un représentant syndical.

Levée de la sauvegarde judiciaire

Dans leur motion en date du 22 juin, les syndicats demandent également, outre le feu vert de l’ACPR,  que « l’ensemble des acteurs (Etat, Cnamts, ACPR, Intériale et LMDE) puissent travailler de concert pour concrétiser l’avenir des salariés » et que « la sauvegarde de justice soit levée dans les plus brefs délais ». Les représentants syndicaux soulignent que « la campagne de rentrée arrive à grands pas » et qu’il ne serait pas du meilleur effet de solliciter l’affiliation des étudiants auprès d’une mutuelle encore sous sauvegarde judiciaire.



Effectuer une autre recherche

Rechercher