Assurance vie : l’Afer lance son fonds eurocroissance

Par - Publié le

,

,

,

,

,

L'Afer est le 6ème acteur de l'assurance vie à lancer dès ce 10 juin 2015 un fonds eurocroissance avec son partenaire Aviva : il propose une garantie du capital à 100% sur une durée de 10 à 40 ans. 

Chose promise, chose due : comme elle l'avait annoncé, l’Afer, la plus grande association d’épargnants en France, a lancé à son tour un support eurocroissance avec son partenaire assureur Aviva France.

Simplement baptisé Afer Eurocroissance, ce support commercialisé depuis le 10 juin 2015 est intégré dans le contrat collectif multisupport aux côtés du fameux Fonds garanti qui a servi 3,20% en 2014 et d'un éventail récemment renouvelé d'unités de compte. L'Afer est le 6ème acteur à lancer un fonds eurocroissance depuis septembre 2014 (voir notre tableau comparatif).

3ème pilier de l'assurance vie 

«Il est de notre responsabilité de proposer une offre complète pour investir dans le cadre de l'assurance vie », a indiqué Gérard Bekerman, président de l’Afer, qui estime que le support eurocroissance, «troisième pilier de l'assurance vie», est un «complément qui permet de combiner la sécurité de l’épargne à terme et une exposition au risque».

Une garantie du capital à 100% de 10 à 40 ans

Dans le détail, Afer Eurocroissance, accessible à partir de 100 €, propose une garantie du capital à 100% (y compris les frais sur versement et d’arbitrage) sur une durée allant de 10 à 40 ans. Les frais sur versement s’élèvent à 2% (comme le fonds en euros) et les frais de gestion annuels sont à 0,89%. Ceux-ci incluent une garantie plancher en cas de décès avant le terme du contrat des assurés de moins de 75 ans. Les anciens adhérents qui voudront investir dans le fonds eurocroissance devront y placer au minimum 10% de leur fonds garanti.

La cible privilégiée : les "jeunes" détenteurs de monosupports

Sur ses 725 000 adhérents à l’Afer dont la moyenne d’âge est de 60 ans et la durée moyenne de détention des contrats de 17 ans, l’Afer vise pour ce fonds eurocroissance plutôt les moins de 65 ans, notamment ceux qui sont détenteurs des quelque 350 000 monosupports et qui veulent diversifier leur placement sans pour autant prendre en charge eux-mêmes la sélection des unités de compte.

Interrogé sur le succès (ou non) de la commercialisation de ce produit complexe, Gérard Bekerman estime que «quelques dizaines de milliers d’adhérents y verront un intérêt». De même, évoquant l'attente d'un éventuel décret sur le transfert de richesses qui reste pour l'instant dans les cartons du Trésor, il rajoute : «Avec ou sans ce transfert de richesses, la détention d’un fonds eurocroissance promet une surperformance sur 10 ans» par rapport au fonds garanti.

Les premières opérations commerciales avec les quelque 1000 courtiers et 1000 agents distribuant le contrat Afer commenceront dès le moins d’octobre. Le lancement commercial se veut en effet «progressif», a indiqué Stéphane Camon, dg du GIE Afer. 

Dans un communiqué publié dans la journée du jeudi 11 juin, le G76, un syndicat de courtiers de l'Afer a dénoncé, dans le cadre d'une lettre ouverte à Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, l'inadaptation de l'eurocroissance aux attentes des adhérents de l'Afer et «invitent leurs clients à la plus grande prudence à l'égard de ce nouveau dispositif qu'ils jugent inadapté à leurs attentes».

Consulter notre >> tableau comparatif exclusif des fonds eurocroissance.



Effectuer une autre recherche

Rechercher