precedent Suivant Présidentielle 2017 : l’épineuse question de la fiscalité de l’assurance vie 1 / 7

Assurance vie : la taxe d'Emmanuel Macron jugée dangereuse par les assureurs

Par - Publié le

,

,

,

Emmanuel Macron, candidat d’ « En marche ! », a dévoilé son programme de campagne en vue de l’élection présidentielle. Sa réforme de la fiscalité de l'assurance vie fait réagir Olivier Sentis, spécialiste de l'épargne.

Emmanuel Macron propose une taxe unique sur les revenus du capital, dont l'assurance vie.
Emmanuel Macron propose une taxe unique sur les revenus du capital, dont l'assurance vie.
Laetitia Duarte

Aujourd’hui, les souscripteurs d’un contrat d’assurance vie sont imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement forfaitaire libératoire, ainsi qu’aux prélèvements sociaux qui se montent à 15,5%. Mais cette situation pourrait évoluer en cas d’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée : le candidat d’En Marche ! prévoit en effet de modifier la fiscalité de l’assurance vie. Réaction d’Olivier Sentis, directeur général de MIF (Mutuelle d’Ivry – la Fraternelle), la mutuelle d’épargne, de prévoyance et de retraite des agents SNCF, RATP et de leur famille.

 

Argus de l’Assurance : Que pensez-vous des mesures annoncées par Emmanuel Macron en matière d’assurance vie ?

Olivier Sentis (MIF) : Ce qui est regrettable dans la proposition d’une taxe unique de 30% pour tous les revenus du capital, à l’exception du livret A, c’est que cela place l’assurance vie au même niveau que les autres placements. Or, si aujourd’hui l’assurance vie bénéficie d’une fiscalité avantageuse (….) par rapport à d’autres placements financiers, c’est en partie pour son objectif de placement de long terme et de financement de l’économie. En faisant une taxe unique, cela minimise le rôle primordial de l’assurance vie.

Vous pensez que la fiscalité de l’assurance vie ne doit pas évoluer ?

Je pense qu’il ne faut pas toucher à la fiscalité de l’assurance vie, ou alors uniquement par petites touches. On pourrait ainsi imaginer repousser le délai de 8 ans qui permet de bénéficier de la fiscalité la plus avantageuse, à 12 ans. Mais la mesure envisagée par Emmanuel Macron est importante et il y a danger. L’assurance vie est un placement de long terme sur lequel il faut plutôt favoriser la dégressivité fiscale.

Quelles conséquences aurait-elle pour les assureurs ?

En termes pratiques, étant donné que cette fiscalité unique s’imposerait uniquement pour les nouveaux versements, les assureurs devront prévoir de cantonner l’ancienne épargne et la nouvelle épargne. Mais ce qui est le plus à craindre, c’est que les français se détournent de l’assurance vie. Sans incitation fiscale forte, cela nuira à la capacité d’investir sur le long terme et donc de financer l’économie réelle.

Y a-t-il une position de la place sur ce sujet ?

Aujourd’hui, il n’y a pas eu, à ma connaissance, au niveau de la place de discussions avec les candidats. On ne peut donc pas dire qu’il y ait un lobbying spécifique sur ce point. En revanche, il est important qu’au niveau global, les assureurs mettent en avant les avantages de l’assurance vie.


precedent Suivant Présidentielle 2017 : l’épineuse question de la fiscalité de l’assurance vie 1 / 7


Effectuer une autre recherche

Rechercher