precedent Suivant Présidentielle 2017 : l’épineuse question de la fiscalité de l’assurance vie 2 / 7

Assurance vie : les modalités de la taxe Macron se précisent

Par - Publié le

,

,

Lors des assises de l’épargne et de la fiscalité organisées par l’Afer, les programmes présidentiels en matière d’assurance vie ont été précisés par les trois principaux candidats à l’élection représentés. La taxe Macron de 30% sur les revenus du capital est maintenue mais seulement au-delà d’un certain plafond de versement.

Les 4e assises de l'épargne et de la fiscalité se sont tenues le 16 mars sur le thème
Les 4e assises de l'épargne et de la fiscalité se sont tenues le 16 mars sur le thème "Présidentielle : quel programme pour notre épargne?"

La taxe Macron sur les revenus du capital se précise. Lors de la 4e édition des assises de l’épargne et de la fiscalité, organisées le 16 mars par l’Afer, principale association française d’épargnants, Jean Arthuis, ancien ministre de l’Economie, représentant le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, a indiqué que des réflexions étaient toujours en cours sur la fameuse taxe unique de 30% annoncée il y a quelques jours par le candidat lui-même. «La fiscalité de l’assurance vie restera en l’état», a déclaré Jean Arthuis. Précisant toutefois que la taxe de 30%, qui reste maintenue, pourrait ne s’appliquer qu’au-delà d’un certain plafond pour les nouveaux contrats et nouveaux versements.

Un nouveau seuil de 150 000 € en discussion

A l’heure actuelle, les réflexions s’orientent pour une fiscalité de 30% pour les sommes supérieures à 150 000 € par personne. Mais « tout n’est pas encore arbitré », a précisé Jean Arthuis. Ajoutant que le candidat Macron voulait « une fiscalité lisible et transparente ». En outre, a-t-il indiqué, il y aura « un maintien des avantages successoraux qui ont fait le succès de l’assurance vie ».

Hamon et Fillon épargne l’assurance vie

Egalement invités par Gérard Bekerman, président de l’Afer, François Baroin, ancien ministre de l’Economie et représentant du candidat François Fillon, et Jérôme Guedj, ancien député PS de l’Essonne, représentant Benoit Hamon, ont tous deux rappelé leur position. « Aucune augmentation de la fiscalité de l’assurance vie n’est prévue », a assuré Jérôme Guedj. Tandis que François Baroin a bien confirmé que le candidat François Fillon mettrait en place, s’il était élu, une taxe unique de 30% sur les revenus du capital, mais pas pour l’assurance vie.

Ces assises ont également été l’occasion pour Gérard Bekerman de rappeler les positions de l’Afer en faveur d’un code de l’épargne « comme il existe un code de la route » ou encore d’insister sur la nécessité d’inscrire, dans la constitution française, la non rétroactivité des mesures fiscales. 


precedent Suivant Présidentielle 2017 : l’épineuse question de la fiscalité de l’assurance vie 2 / 7


Effectuer une autre recherche

Rechercher