precedent Suivant C'était 2015 : les rendements en assurance vie ont résisté (E-dossier) 9 / 10

Assurance vie - rendements 2014 : Monceau Assurances assume une stratégie atypique

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Gilles Dupin, Monceau Assurances.
Gilles Dupin, Monceau Assurances.
Luc Perenom

Avec 3,33% net de frais de gestion pour le fonds euros de Dynavie, Monceau Assurances fera partie des meilleurs rendements de l’assurance vie pour 2014. Le contrat Carnet Multi Epargne, fermé à la commercialisation, fait même un peu mieux, avec 3,38%.

Mais la baisse est sensible par rapport aux 3,76% de 2013 pour Dynavie : «L’an dernier, le CAC 40 avait gagné 18%. Aujourd’hui, il est étal : cela joue forcément sur les rendements», justifie Gilles Dupin, président et directeur général de Monceau Assurances. Proche d’un fonds dit «euro-dynamique», le fonds en euros de Dynavie (852 M€ fin 2014 pour 95 M€ de collecte brute) est en effet assez exposé au marché boursier puisqu’il compte 12% d’OPCVM actions. Il compte aussi désormais de plus en plus d’immobilier, qui a rapporté 5% l’an passé.  

fervent opposant à la PPE

Ce n’est pas le seul caractère «atypique» de Monceau assurances. Ainsi, le groupe mutualiste, qui reste fermement attaché à redistribuer chaque année les bénéfices engrangés dans l’année, est sans doute l’un des derniers à ne pas avoir constitué de provision pour participation aux excédents (PPE). Même l’Afer y a succombé pour la première fois de son histoire. «Nous restons attachés à cette règle, car la PPE est un mécanisme plus que douteux. Il y a de très nombreux moyens de ne pas la redistribuer», poursuit Gilles Dupin.

«Choquant» et «inopérant»

Il trouve même «choquant» le récent appel à la modération du Gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, indiquant que la mission première du régulateur est de servir les intérêts des assurés et non pas des assureurs, se référant à l’article L 310-1 du code des assurances.

En outre, poursuit-il, constituer une PPE serait «inopérante» et «inadaptée à la réalité» en cas de brusque remontée des taux. Enfin, dans ce cas, l’Etat pourrait alors s’opposer aux rachats massifs de contrats. 



precedent Suivant C'était 2015 : les rendements en assurance vie ont résisté (E-dossier) 9 / 10


Effectuer une autre recherche

Rechercher