Axa : Réorganisation de l'activité en Suisse

Par - Publié le

,

,

,

,

,

L'assureur a décidé de modifier ses opérations suisses d'assurance vie collective, avec l'objectif de réduire son besoin en capital dans ce pays d'ici à 2019.  

« Cette modification est en ligne avec notre plan stratégique Ambition 2020 visant à croître dans nos segments cibles tout en réduisant notre sensibilité aux risques financiers », explique Thomas Buberl, directeur général d’Axa.
« Cette modification est en ligne avec notre plan stratégique Ambition 2020 visant à croître dans nos segments cibles tout en réduisant notre sensibilité aux risques financiers », explique Thomas Buberl, directeur général d’Axa.
Luc Castel/AXA

Axa poursuit sa transformation. Ce 10 avril, le groupe d’assurances annonce que sa filiale helvétique a conclu un accord avec des régimes de retraites collectives - intitulés les Fondations – en vue de modifier ses opérations d’assurance vie collective en Suisse. Précisément, en vertu de cet accord, à partir de 2019, les risques de décès et d’invalidité resteront assurés par Axa, tandis que les responsabilités liées à l’allocation d’actifs et aux rendements des investissements des assurés seront transférées aux Fondations. Coût du transfert de ce portefeuille d’actifs : 31 Md€ de francs suisses (environ 26 Md€).

plus faible exposition aux risques financiers

« Cette modification est en ligne avec notre plan stratégique Ambition 2020 visant à croître dans nos segments cibles tout en réduisant notre sensibilité aux risques financiers », indique Thomas Buberl, directeur général d’Axa, dans un communiqué. Comme rappelé lors de la présentation des résultats 2017, le groupe entend désormais se focaliser davantage sur la santé, la prévoyance et le dommage aux entreprises, tout en réduisant la voilure sur ses activités d’assurance vie, de gestion d’actifs et d’épargne.

un impact sur le résultat net du premier semestre 2018

« Dans l’environnement actuel, cette réorganisation devrait nous permettre de proposer des solutions de prévoyance plus attractives à nos clients suisses sur le segments des PMEs, en combinant des perspectives de pensions de retraite plus élevées pour un coût plus faible », analyse Antimo Peretta, directeur général d’Axa en Europe. De fait, si dans un premier temps, cette opération va générer une charge supplémentaire d’environ 400 M de francs suisses (339 M€) affectant le résultat net lors du premier semestre 2018, cette réorganisation devrait, dans un deuxième temps, permettre à Axa de réduire ses besoins en capital en Suisse d’environ 2,5 Md de francs suisses (soit environ 2,1 Md€) en 2019. Et ainsi contribuer « à la remontée de trésorerie au groupe au cours des trois prochaines années », conclut l’assureur.


 



Effectuer une autre recherche

Rechercher