Le Crédit agricole peaufine sa stratégie pour 2010

Par - Publié le
Pour consolider son unité, Prédica présentera bientôt son projet d'entreprise pour 2010, tandis que Pacifica veut à cette date figurer parmi les cinq premiers assureurs dommages.

Prédica 2010, c'est le projet d'entreprise qui sera présenté en octobre. Après deux années de travail, la fusion avec l'UAF, résultant du rachat du Crédit lyonnais (devenu LCL) par le Crédit agricole, touche à sa fin. Jean-Yves Hocher, qui a en pris les rênes en janvier, souhaite maintenant placer Prédica dans une perspective de conquête.

Prédica vise le client moyen, et LCL les classes aisées

« Ce projet touche à la fois au développement, à l'architecture des gammes ainsi qu'à la rentabilité et aux composantes du risque, sans oublier les attentes des distributeurs et leurs clients », expose-t-il. Neuf groupes de travail, soit une centaine de personnes mobilisées sur les 750 salariés, se réunissent depuis trois mois afin de boucler en juin les grandes lignes de Prédica 2010. Ils abordent le développement sur tous les marchés, la qualité, la gestion du risque, les perspectives de diversification et les ressources humaines. Jean-Yves Hocher a souhaité mélanger ses équipes, façon « melting pot », afin de permettre l'émergence d'une identité commune et d'idées constructives.

Les gammes de Prédica et de LCL en assurance vie restent différentes. La première comporte des contrats en euros ou des produits en unités de compte à capital garanti, pour un risque moindre, tandis que la seconde vise une clientèle plus fortunée, avec des multisupports. Pour rationaliser la gestion des contrats issus de Prédica et de l'UAF, une plate-forme d'informatique et de gestion unique a été instaurée, mais les gammes conservent leurs différences avec un objectif de « fertilisation croisée ». À terme, un même produit en marque blanche devrait pouvoir être habillé et commercialisé par chaque réseau. LCL conserverait son positionnement et Prédica s'orienterait vers le « low cost » (assurance vie simple à petite prime, par exemple).

Prédica s'implique fortement sur la retraite, avec un certain succès sur les Perp (26 300 au premier trimestre 2006, représentant une part du marché de 40 %). « Le Perp est un produit pour les plus de 40 ans qui prennent conscience que leur retraite sera faible », indique Jean-Yves Hocher. Parallèlement, Prédica compte améliorer le marketing de l'offre dépendance, ainsi que sa distribution.

Pacifica grignote des parts à Groupama

En dommages, Pacifica oeuvre pour faire partie des cinq premiers d'ici à 2010, avec 5 millions de contrats en portefeuille contre 2,7 actuellement (auto et MRH cumulés). L'assureur souhaite également parvenir à une part de marché de 25 % à 30 % en assurances agricoles, soit le double d'aujourd'hui, ce qui revient à grignoter sérieusement le territoire de Groupama, premier assureur du marché avec une part de 60 %. Un réseau de 300 personnes est dédié à la vente de ces assurances et mis en relation par les conseillers bancaires des caisses régionales. La même démarche a été entreprise auprès des professionnels et artisans depuis la mi-2005. Pacifica veut se développer en santé, avec l'objectif de dépasser les 500 000 contrats en 2010, contre 220 000 à fin 2005. Dans ce domaine aussi, une réflexion est menée pour sortir des produits simples à bas prix.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous