AMRAE 2017

Brigitte Bouquot (Amrae) : «le risque s’accélère dans les entreprises»

Par - Publié le

,

,

,

,

Les 25ème rencontres du risk management qui se dérouleront à Deauville, du 1 au 3 février 2017, feront salles combles avec déjà 2050 inscrits. Présidente de l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae), Brigitte Bouquot explique ce fort attrait par l’instabilité croissante de l’environnement technologique, économique et (géo)politique auquel sont confrontées les entreprises.

Brigitte Bouquot, présidente de l'Amrae :
Brigitte Bouquot, présidente de l'Amrae : "Le risque s’interconnecte à d’autres, se globalise et on a le sentiment qu’il s’accélère"
(c)elodie petit

Fort de 2 050 participants dont plus de 550 risk managers déjà enregistrés, le rendez-vous annuel de la maîtrise des risques et des assurances de l’entreprise, ne désemplira pas en 2017 ! Jamais, un mois avant la manifestation, l’organisation n’avait collecté autant d’inscrits désireux d'échanger avec les 57 exposants qui les y attendent sur un parterre de 6 065 m2 (superficie totale). Une victoire en soi pour son organisateur, l’Amrae, qui va célébrer le quart de siècle de son salon dédié à la compréhension sociale, économique, opérationnelle, financière, technique voire philosophique des risques d’entreprise.

 « Le risque s’interconnecte à d’autres, se globalise et on a le sentiment qu’il s’accélère, explique Brigitte Bouquot, présidente de l’Amrae et directrice des assurances et de la gestion des risques de Thalès. Selon cette spécialiste, le risk manager tient et doit tenir un rôle de plus en plus central au sein des entreprises. Comment, sinon, gouverner efficacement la sécurité cyber d’une grande société ou appréhender les impacts économiques indirects qu’elle peut subir en cas de pandémie, de mutation politique ou de rupture d’une chaîne d’approvisionnement ?

Digital, fraude, Solva2 et Brexit

Ces sujets feront, entre le 1er et le 3 février 2017, à Deauville, l’objet d’ateliers et de conférences. La barre a été placée haut, dans l’objectif d’aider les risk managers à progresser dans leur métier et l’ensemble des acteurs du secteur à parfaire leur expertise dans un contexte de plus en plus incertain. Au programme : conséquences de la transformation digitale en termes de risques, rôle et limite de la régulation, gouvernance du risque, Solva 2 et exigences de « compliance », nouveaux modes opératoires des fraudes, stratégie de financement des risques, actualités des captives, apports du big data, après-Brexit ou encore impact de l’absentéisme au travail.

Des représentants de Google et Renault

Pour mener les débats et orchestrer les sessions, l’Amrae accueillera, entre autres, Jean-Marie Messier, dirigeant de Messier Maris & Associés et ancien président de Vivendi qui a été le chantre de la digitalisation avant l’heure, un membre de la direction de Google France, Bernard Spitz, président de la FFA et président international & Europe Medef, Christian Ledoux, spécialiste du véhicule connecté et services de mobilité de Renault Nissan, Jacques Audibert, conseiller diplomatique de François Hollande qui viendra livrer les dessous de la mécanique étatique en matière de géopolitique afin d'en limiter les impacts ou encore Laurence Parisot, ex-présidente du Medef.

Prévoir les risques des 25 années à venir…

« Il faut se projeter, que va-t-il se passer dans les 25 prochaines années ? », interroge Brigitte Bouquot qui espère bien que se dessineront, en terres normandes, quelques bribes de réponses. « Même si c’est très difficile à mesurer, notre rôle consiste à réduire en permanence l’écart entre les risques auxquels nos entreprises sont confrontées et la couverture d’assurance proposée par le marché », glisse-t-elle. D’où le besoin de se rencontrer. Et à Deauville, ce sont, pour une fois, les risk managers qui inviteront les assureurs et les courtiers, à cette fin. Leur enjeu ? Etre capable de toujours mieux exposer le risque résiduel qu'ils veulent couvrir financièrement. A ce titre, la présidente n’écarte pas l’hypothèse qu’à l’avenir, cette profession finisse par être règlementée.

 

L’Amrae rassemble 1087 adhérents dont 772 risk managers répartis entre 249 acteurs de l’industrie, 115 réassureurs, assureurs et courtiers, 66 acteurs du service, 61 du BTP-immobilier, 51 de la High Tech, 76 du transport, 41 de la banque-finance, 38 des biens de consommation et 298 consultants.

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher