CCR Re obtient le feu vert de l’ACPR pour opérer en vie et non vie

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

CCR Re, la nouvelle société de réassurance détenue à 100% par la Caisse centrale de réassurance (CCR), vient d’obtenir l’agrément de l’ACPR pour opérer en vie et en non-vie. Au 31 décembre 2016, l’entité juridique portera l’ensemble des engagements de CCR en réassurance de marché.

 L’objectif de CCR Re n’est pas de chasser la prime dans un contexte difficile mais de se montrer plus sélectifs sur les branches d’activités qui nous semblent les moins rentables comme les branches longues en RC auto ainsi que l’incendie proportionnelle », poursuit Bertrand Labilloy directeur général de CCR.
L’objectif de CCR Re n’est pas de chasser la prime dans un contexte difficile mais de se montrer plus sélectifs sur les branches d’activités qui nous semblent les moins rentables comme les branches longues en RC auto ainsi que l’incendie proportionnelle », poursuit Bertrand Labilloy directeur général de CCR.
Photos : pierre VASSAL / HAYTHAM-REA

CCR Re bientôt opérationnelle. La nouvelle entité juridique détenue par la Caisse centrale de réassurance (CCR) a obtenu l’agrément de l’ACPR pour opérer en vie et en non-vie. « En application de l'article L. 321-1-1 du code des assurances, la société CCR RE (SIREN : 817 446 511), dont le siège social est situé à Paris (75008), 157, boulevard Haussmann, est agréée pour pratiquer les opérations correspondant aux activités suivantes mentionnées à l'article R. 321-5-1 du code précité : 1. Non-Vie ; 2. Vie », peut-on lire dans la décision n° 2016-C-46 du 16 septembre 2016 du régulateur, publiée au Journal Officiel du 10 novembre 2016.

Maintien du portefeuille

CCR Re a vocation à porter la réassurance de marché (un tiers du chiffre d’affaires, soit 418,7 M€ en 2015) du réassureur public. Une opération qui vise à séparer juridiquement cette activité de la réassurance des catastrophes naturelles pour laquelle CCR bénéficie de la garantie illimitée de l’Etat.

CCR Re vise, dans un premier temps, la réorientation de son portefeuille plutôt que le développement commercial. « L’objectif de CCR Re n’est pas de chasser la prime dans un contexte difficile mais de se montrer plus sélectifs sur les branches d’activités qui nous semblent les moins rentables comme les branches longues en RC auto ainsi que l’incendie proportionnelle », poursuit Bertrand Labilloy, directeur général de CCR.

CCR Re fait également le pari de la diversification géographique au regard de son exposition catastrophe, actuellement concentrée en zone euro et Asie. Des régions comme l’Amérique du Sud, l’Afrique ou l’Océanie font notamment partie des marchés à pénétrer.

Toutes les autorisations obtenues

L’opération de filialisation n’attendait plus que le feu vert de l’ACPR pour être définitivement prête pour son lancement prévu le 31 décembre 2016. Fin septembre, la Commission européenne avait conclu que les projets de création de CCR Re ainsi que sa dotation initiale en capital ne contenaient pas d'aides d'Etat. « L'injection de capital additionnel est en effet réalisée dans des conditions similaires à ce qu'un opérateur privé, guidé par les critères du marché, aurait acceptées. », expliquait l’exécutif européen.

« L’ensemble des engagements de réassurance de marché portés par CCR seront transférés à CCR Re à la date du 31 décembre 2016 », précise Bertrand Labilloy. L’objectif étant que les renouvellements de traités en réassurance non-vie au 1er janvier 2017, lesquels sont discutés aux RVS puis à Baden-Baden, le soient sous la marque CCR Re.


Bertrand Labilloy

Bertrand Labilloy

Directeur général de Caisse Centrale de Réassurance (CCR)

Bertrand Labilloy est né en février 1968. Diplôme de l’école Polytechnique. Diplôme de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE). Actuaire [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher