Climat : Axa publie sa première empreinte carbone

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Le groupe Axa vient de rendre public l’intensité carbone de ses investissements, conformément aux objectifs de la « Promesse de Montréal » (« Montreal Pledge »), charte qui a pour ambition de donner un cadre de décarbonisation des portefeuilles.

En 2015, le groupe Axa a émis 284 tonnes de CO2 par million de dollars de revenu investi dans son portefeuille d’actifs. Ce chiffre est le résultat du travail d’évaluation et de mesure de l’empreinte carbone auquel s’est livré le groupe sur 75% des investissements de l’actif général, soit 402 Md$ dont 199 Md$ sur de la dette étrangère, 184 Md$ sur les obligations d’entreprises et 19 Md€ sur les actions. L’assureur se garde bien de porter le moindre commentaire sur ce résultat, ni foncièrement bon, ni franchement mauvais, qui a surtout vocation à servir de point de départ à sa politque de décarbonisation.

Un préalable à toute stratégie d'investissement

Il vise d’abord à répondre à l’engagement pris lors de la signature du « Montreal Carbon Pledge », manifeste dans lequel les quelque 120 signataires publient annuellement leur empreinte carbone sur leur site internet, leur rapport annuel, leur rapport développement durable et dans toute leurs communications à destination de leurs bénéficiaires. Un engagement volontaire qui deviendra dès 2017 une obligation en France.

L’article 173 de la loi de transition énergétique, dont le décret d’application est paru fin décembre, oblige désormais les investisseurs institutionnels dont les assureurs à publier la prise en compte du risque climatique dans leurs activités.

Un aiguillon à la prise de décision

La mesure de l’empreinte carbone n’est cependant pas une fin en soi. Elle a pour ambition de servir d’aiguillon dans la politique et les choix d’investissements responsables des sociétés concernées. Pour rappel, le groupe Axa s’est engagé, en mai dernier à l'occasion du Climate finance day, à désinvestir pour 500 M€ dans les entreprises les plus impliquées dans les activités liées au charbon et à tripler le montant de ses investissements verts d’ici 2020, soit 3 Md€, provenant principalement du capital-investissement dans les technologies propres, de projets d'infrastructures vertes et des obligations vertes.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher