Comment Covéa Coopérations est devenue une société de réassurance

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Depuis le 1er janvier 2017, Covéa Coopérations, la holding qui détient les participations dans les sociétés opérationnelles de Covéa, centralise les activités de réassurance de la Sgam. Conséquence : le portefeuille d’acceptations d’Assurances mutuelles de France (AM) est transféré et géré par la holding.

Covéa (Maaf, MMA et GMF) poursuit sa réorganisation juridique et financière amorcée en 2012 afin de simplifier la structure du groupe mutualiste. Depuis le 1er janvier 2017, Covéa Coopérations, la structure pivot entre les mutuelles actionnaires (Maaf, MMA et AM-GMF), centralise désormais toutes les activités de réassurance de la Sgam.

Transfert de la dernière activité opérationnelle des mutuelles historiques

Cette nouvelle organisation, effective depuis le début de l’année, avait pour objectif de transférer l’activité d’acceptations en réassurance, portée par Assurances Mutuelles de France (AM), l’une des mutuelles historiques de Covéa, à Covéa Coopérations (voir schéma ci-dessous). « Dans Covéa, les mutuelles ont un rôle institutionnel : elles ne doivent pas détenir d’activité opérationnelle. Après Maaf, MMA et GMF, AM était la dernière à ne pas l’avoir transférée à une société opérationnelle », indique Patrice Forget, directeur général en charge du secrétariat général et de l’international au sein de Covéa.

Covéa poursuit la simplification de la structure du groupe amorcée en 2012 :

http://www.argusdelassurance.com/mediatheque/1/2/4/000036421_illustration_large.jpg

Source : Covéa

Un processus engagé en 2015

Un tel transfert a été rendu possible au terme d’un processus initié dès 2015. Le 30 octobre 2015, Covéa Coopérations est devenue juridiquement une société de réassurance vie et non vie en France en obtenant les agréments de l’ACPR. Conséquence de ce changement juridique,  Covéa Coopérations a, dès le 1er janvier 2016, débuté une activité de réassurance. Concrètement, la holding a réassuré par un traité en quote-part à 90% le portefeuille des acceptations d’AM (environ 150 M€ de primes à fin 2016 pour 230 cédantes) tout en développant en parallèle l’activité de réassurance santé et prévoyance.

Dernière étape : au 1er janvier 2017, le portefeuille d’AM est transféré vers Covéa Coopérations. Dès lors, les renouvellements des traités interviennent sous cette bannière, dans le cas où la cédante a accepté le changement de porteur de risque. Dans le cas contraire, moins de 10% des 230 cédantes, « il y aura en 2017 un traité de réassurance balai entre AM et Covéa Coopérations pour  les quelques cédantes qui n’auraient pas donné leur accord pour changer le porteur de risque », rappelle Patrice Forget.

Notations par AM Best et S&P

Avec cette opération, les cédantes bénéficient désormais avec Covéa Coopérations d’une structure disposant d’une plus grande solidité financière et une garantie élevée avec des fonds propres d’environ 5,3 Md€. A ce titre, l'agence Standard & Poor’s lui a attribué en mars 2016 une note « A+ » assortie d’une perspective stable. De son côté, AM Best a attribué la note « A » avec une perspective stable.

AM conserve salariés et fonds propres

Le transfert de portefeuille n’entraine pas de changement sur les effectifs d’AM, lesquels restent localisés à Strasbourg, son siège historique. Les 28 salariés seront néanmoins détachés auprès de Covéa Coopérations.

Quant aux fonds propres d’AM, lesquels s’élèvent à 1,2 Md€, ils seront toujours logés au niveau de la mutuelle.


Patrice Forget

Patrice Forget

Directeur général Secrétarariat général et international de Covéa

Patrice Forget est né en août 1955. Diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris (IEP). Diplôme de l'école nationale d'administration (ENA). 2001-03 : conseiller du [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher