Comment les assureurs arbitrent dans un contexte de taux bas

Par - Publié le

,

,

Après une année pleine sous Solva­bilité 2, il apparaît que la mise en œuvre du nouveau régi­me prudentiel a été reléguée au second plan des préoccupations en matière de placements pour les investisseurs institutionnels. C’est en effet ce qui ressort de la 16e édition du baromètre institutionnel réalisé par la socié­té de conseil en stratégie Indéfi auprès de 220 investisseurs français au dernier trimestre 2016.


Graphiques issus du baromètre d’Indefi 2017

L’an dernier, «le contexte de taux bas a davantage guidé les stratégies de placements des investisseurs que Solvabilité 2», constate Agnès Lossi, directrice associée Indefi, société de conseil en stratégie. «Toutefois, le pilotage de la volatilité des fonds propres ressort comme un enjeu majeur pour les assureurs du panel». En effet, le contexte financier conduit les investisseurs à se protéger davantage des chocs de marché (politique de couverture pour les investissements en actions notamment) tout en poursuivant le mouvement de diversification vers des actifs non cotés (dette d’infrastructures, placements privés d’entreprises, etc.). Ces actifs, moins liquides, et moins consommateurs en fonds propres, permettent d’aller chercher davantage de performance et une prime d’illiquidité. «L’année 2016 a été marquée par un phénomène de polarisation plus marqué des allocations. Les investisseurs ont préféré s’orienter vers un mixte entre des actifs très liquides et très courts d’un côté, visibles par l’augmentation de la poche monétaire, et des placements moins liquides et de plus long terme de l’autre», remarque Agnès Lossi.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous