Complémentaire santé : le marché poussé par la collective en 2016

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Le CTip, la FFA et la FNMF ont présenté un bilan commun des marchés de la complémentaire santé et de la prévoyance pour l’année 2016. Si la santé a été soutenue par la collective, réforme de la généralisation oblige, la prévoyance est de son côté tirée par l’individuelle.

Le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip), la Fédération française de l’assurance (FFA) et la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) ont publié un communiqué commun, revenant sur l’état des marchés de la complémentaire santé et de la prévoyance pour l’année 2016.

Ces deux marchés sont orientés de manière quasi identique* : +1,6% pour la santé (l'évolution de l'assiette de TSA étant de son côté estimée à +1,4%), à 36,3 milliards d’euros de cotisations, et +1,7% en prévoyance à 20,5 milliards d’euros de cotisations. Mais derrière cette progression contenue se mêlent des tendances différentes selon les marchés et les acteurs.

Les mutuelles perdent du terrain en santé

Sur la santé, le développement du marché vient principalement de la collective (+5,5%), tandis que l’individuelle recule dans des proportions moindres (-1,6%) : avec 19,4 Md€ contre 16,9 Md€, la santé individuelle représente toutefois 53,4% du marché, contre 46,6% pour la collective.

Si les institutions de prévoyance, après une année 2015 difficile, et les sociétés d’assurances tirent leur épingle du jeu (respectivement +3,9% et +3,5%), les mutuelles voient leur volume de cotisations légèrement diminuer (-0,3%). La part de marché des mutuelles en santé se rapproche ainsi toujours plus de la barre des 50% (51% pour être précis, contre 60% en 2002), contre 31% pour les sociétés d’assurance et 18% pour les institutions de prévoyance.

Les IP en difficulté en prévoyance

Résultats peu ou prou inversés pour la prévoyance : l’individuelle connaît un essor non négligeable (+5,5%, contre -1,2% en collective), mais la collective représente toutefois 56% de l’ensemble des cotisations.

Ce sont les mutuelles qui affichent la plus forte hausse de cotisations (+5,1%), même si leur part de marché reste pour l’heure anecdotique (1,5 Md€, soit 7% de pdm). Les sociétés d’assurance voient leurs cotisations progresser de 4,1%, au contraire des institutions de prévoyance (-4,3%).

* Méthodologie : la ventilation des volumes de cotisations est déterminée par entité, selon la liste des organismes agréés publiée par l’ACPR. Une vision par groupe serait différente puisque la ventilation se référerait à la catégorie juridique de l’entité tête du groupe et non plus à celle de chaque entité. En 2016, par exemple, le fait de comptabiliser dans les cotisations des mutuelles celui d’une société anonyme d’assurance dont les titres sont détenus par des mutuelles relevant du code de la mutualité conduirait à faire varier la part de marché de la Mutualité de 50,8% à 51,1% en santé et de 7,3 % à 10,6% en prévoyance. De même, dans une vision groupe, la part de marché des institutions de prévoyance serait de 27,5% en santé et de 33,1% en prévoyance.



Effectuer une autre recherche

Rechercher