Gestion d'actifs : Axa renonce à vendre sa filiale Axa IM

Par - Publié le

,

Dans un courrier adressé aux salariés, le directeur général de la filiale de gestion d’actifs a réaffirmé qu’Axa IM était « un actif stratégique », actant ainsi la fin des discussions avec des partenaires potentiels.

Axa IM continuera de faire cavalier seul, pour le moment. Evoqué fin septembre par des agences de presse et par les organisations syndicales, le projet de rapprochement de la filiale de gestion d’actifs d’Axa avec Natixis, BNP Paribas ou Deutsche Bank Asset Management, est aujourd’hui écarté. C’est ce que confirme une note interne adressée aux salariés par le directeur général monde d’Axa IM, Andrea Rossi, révélée par Le Figaro, et dont nous nous sommes fait confirmer la teneur.

«Je sais qu'il y a eu beaucoup d'articles de presse et de rumeurs au sujet de possibles transactions concernant AXA IM. Dans le contexte de consolidation du secteur de l'asset management, le groupe a été approché par plusieurs parties intéressées pour envisager une possible transaction avec nous. Je voulais vous informer que Thomas Buberl (NDLR: le PDG d'AXA) a confirmé que le groupe continue à voir AXA IM comme un actif stratégique», a-t-il écrit.

Un projet abandonné "à court et moyen termes"

Selon plusieurs sources concordantes interrogées par l’Argus de l’Assurance, l’option de vente ou d’adossement d’Axa IM à d’autres gestionnaires d’actifs a bel et bien été mise sur la table, mais les discussions sont désormais terminées. « Karima Silvent (la DRH d’Axa) m’a confirmé qu’ils arrêtaient les négociations, à court et moyen termes. Mais ils ont reconnu qu’il y avait eu des pourparlers », raconte une source syndicale. « C’est plutôt une bonne nouvelle, car il y aurait pu avoir des conséquences sur l’emploi », se félicite-t-elle. En effet, un rapprochement aurait entraîné des doublons dans les back-offices et certaines fonctions commerciales.

Des "dissensions" au sein du conseil d'administration

Pourquoi les discussions ont-elles achoppé ? Cette même source fait état de « dissensions » au sein du conseil d’administration d’Axa, la stratégie d’adossement d’Axa IM décidée par le PDG Thomas Buberl ne faisant pas l’unanimité. « Il y avait des opinions divergentes au sein du conseil d’administration mais ce n’était pas un casus belli », tempère une source interne.

« La priorité c’est de gérer au mieux ses actifs et de faire du rendement. Tout le monde discute avec tout le monde dans le secteur », commente un connaisseur. Dans un environnement de taux bas, avec des marges sous pression,  l’heure est, en effet, à la consolidation dans la gestion d’actifs. Mais la rentabilité attendue d’un tel rapprochement aurait-elle été au rendez-vous ? Autre question sur la table, celle du timing : Axa a, en effet, déjà engagé un mouvement d’introduction en Bourse de ses activités américaines, dont une part minoritaire de son gestionnaire d’actifs outre-Atlantique AB.

En mettant un terme à toute discussion, Axa garde donc, pour l'heure, la main mise sur ses bijoux de famille. Axa IM gère un portefeuille de 735 Mds€ d'actifs, dont 60% sont gérés pour le compte propre de la compagnie d’assurance.


Soyez le 1er à réagir







Effectuer une autre recherche

Rechercher