L’épargne, un des enjeux de l’allongement de l’espérance de vie (étude Swiss Life)

Par - Publié le

,

,

,

Swiss Life a confié à OpinionWay un sondage sur les perceptions des Français quant aux conséquences et opportunités d’une vie plus longue. Lutter contre le risque de précarité ressort parmi les préoccupations phares des personnes interrogées.

Les personnes âgées craignent la précarité.
Les personnes âgées craignent la précarité.

En 2015, l’espérance de vie s’établissait en France à 79 ans pour un homme et à 85 ans pour une femme. Selon l’Insee, la France pourrait compter 270 000 centenaires en 2070. La perspective d’un allongement de l’espérance de vie entraîne de nouvelles problématiques liées au risque de précarité accrue pour les personnes âgées. Face à cela, l’étude menée par OpinionWay pour Swiss Life révèle que 8 Français sur 10 parmi 1011 personnes interrogées se déclarent prêts à soutenir les membres de leur famille en cas de problème de santé, de dépendance ou d’argent.

Prévenir le risque de précarité

L’épargne est donc au cœur des enjeux de l’allongement de l’espérance de vie. Comme le relève l’étude, la durée de cotisation pour la retraite s’allonge, tandis que l’Etat diminue ses dépenses publiques. Les Français doivent donc épargner de plus en plus tôt et estiment en moyenne que l’âge idéal pour commencer à mettre de l'argent de côté se situe à 34 ans.

Débat autour de l’utilisation des données personnelles

Autre enseignement, alors que 85% des personnes interrogées considèrent qu’en tant que véritable enjeu de société, le transhumanisme - mouvement qui prône l'usage des sciences et des technologies en vue d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales de l’Homme, repoussant ainsi ses limites biologiques - nécessite davantage de débat dans l’espace public, et 69% des sondés se disent d’ores et déjà favorables au recours aux données personnelles dans une visée médicale



Effectuer une autre recherche

Rechercher