Résultats T3 2016 : un troisième trimestre stable pour le groupe BPCE

Par - Publié le

,

,

Au troisième trimestre 2016, le groupe BPCE annonce un résultat quasi stable à 955 Md€ et des activités assurances en progression dans les réseaux Banque populaire et Caisse d’épargne.

Sur les neuf premiers mois de 2016, le groupe BPCE affiche un produit net bancaire de 17,4 Md€ en baisse de 1,8% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2015 et un résultat net part du groupe publié en très légère baisse à 955 Md€ (- 0,5%) pour le troisième trimestre 2016.

Pour la banque commerciale et assurance, les revenus sont en baisse de 3,7% à 11,2 Md€. « Le niveau historiquement bas des taux d’intérêts continue à peser sur la marge nette d’intérêt clientèle », précise un communiqué. Le résultat brut d’exploitation s’élève à 3,7 Md€ en baisse de 10,2% par rapport aux neuf premiers mois de l’année en 2015.

Les réseaux Caisse d’épargne et Banque populaire toujours dynamiques

Pour le réseau Banque populaire, les activités d’assurance progressent de 10,4% sur un an pour l’assurance dommages-Iard et de 10,7% pour la prévoyance et la santé. L’activité assurance est également en hausse pour le réseau Caisse d’épargne avec + 8,6% sur le dommages-Iard et 9,9 % sur la prévoyance et la santé.

En parallèle, la banque Natixis, filiale de BPCE, a annoncé des revenus des activités assurances en croissance. Sur un an, le PNB a progressé de 10% au troisième trimestre.

En assurance vie, hors traité de réassurance avec la CNP, la collecte nette atteint 1,8 Md€ sur les neuf premiers mois de 2016, 0,9 Md€ généré via les Caisses d’Epargne. La part des contrats en unité de compte représente 37% de la collecte nette sur les neuf mois. Les encours gérés de 46,5 Md€ à fin septembre 2016, progressent de 7% sur un an. A neuf mois, le chiffre d’affaires augmente de 9% pour l’assurance dommages et pour la prévoyance et l’assurance des emprunteurs.

Transformation digitale

Le Groupe BPCE doit présenter début 2017 son plan d’action digital. Et Natixis va investir 220 M€ pour industrialiser, transformer et digitaliser ses métiers, ce qui devrait aboutir à économiser de 250 M€ par an à partir de fin 2019. 



Effectuer une autre recherche

Rechercher