Smart Angels : la bourse des entreprises non cotées

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Soutenue par Idinvest Partners -  société européenne de capital-investissement dont Allianz est partie-prenante - la plateforme de financement participatif Smart Angels accompagne aujourd’hui 32 entreprises avec un montant financé de 18 M€.

Soutenue par Allianz, la jeune start-up Smart Angels réussit son pari du financement participatif d'entreprises non cotées
Soutenue par Allianz, la jeune start-up Smart Angels réussit son pari du financement participatif d'entreprises non cotées

Créé en 2012 par Benoît Bazzochi (1), jeune start-upeur diplômé de l’Ecole de management (EM) de Lyon ayant fait ses armes comme chargé d’affaires chez Natixis Private Equity en gestion des marchés financiers des TPE, Smart Angels a bien grandi. Cette plateforme dite de crowdfunding, c’est-à-dire de financement participatif, spécialisée dans l’investissement en capital d’entreprises non cotées, intéresse le secteur de l’assurance. Allianz, via «son» fonds d’investissement Idinvest Partners soutient cette jeune pousse au côté des deux autres sociétés de gestion Elaia Partners et XAnge (devenue Siparex).

« Notre plateforme est un lieu de rencontre entre l’offre entrepreneuriale et les investisseurs particuliers comme professionnels », explique Benoît Bazzochi qui bénéficie également de l'appui capitalistique, depuis 2014, de 12 Business Angels emblématiques tels que Xavier Niel (Free), Jacques-Antoine Granjon (vente-privee.com), Marc Simoncini (Meetic) ou encore Pierre Kosciusko-Morizet (ex PriceMinister).

Allianz offre une garantie de liquidité en cas d’accident de la vie

Cette bourse des entreprises non cotées rencontre son marché avec 32 entreprises déjà financées pour un montant de 18 M€. Deux fois plus que l’an dernier. Les assurés Allianz ont un avantage: la compagnie abonde 1€ pour un 1€ financé et offre une garantie de liquidité en cas d’accident de la vie intervenant durant les 5 années suivant l’investissement sur la plateforme. Smart Angels touche 1 % des fonds qui transitent sur son site, à savoir 500 000 € en moyenne par entreprise. « Il y a un vrai mouvement de digitalisation du monde du financement dans le non coté », assure le jeune start-upeur qui précise que le ticket minimal est de l’ordre de 1000€ par particulier pour une moyenne, au final, de 5000€.

Un nouveau partenariat avec Fortuneo côté distribution

« Nous élargissons ainsi le marché en étendant la base des entreprises qui ont accès aux épargnants, lesquels recherchent une autonomie de gestion  et un accès au financement de l’économie réelle, poursuit Benoît Bazzochi. De plus dans un contexte de taux bas, le non-coté est une classe d’actifs que nous rendons plus liquide ». Enfin, côté distribution, pas de partenariat avec Allianz Banque, mais avec la banque en ligne Fortuneo depuis quelques jours. La filiale de Crédit Mutuel Arkea propose Smart Angels à ses clients au tire des PEA (plan d’épargne en actions) dans le cadre d’un process automatisé. Cible : 365 000 clients. La nouvelle économie est en marche...

(1) il est le fils de Didier Bazzochi, directeur général délégué santé du groupe Covéa

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher