REAVIE 2017

Complémentaire santé : Alan, un nouveau venu aux grandes ambitions

Par - Publié le

,

,

,

,

La start-up Alan, lancée par l’entrepreneur Jean-Charles Samuelian, veut révolutionner le monde de l’assurance santé en concentrant ses efforts sur l’expérience utilisateur et la simplicité des garanties et tarifs.

La start-up Alan lance son site commercial quelques heures seulement après la publication de son agrément d'activité au Journal officiel.
La start-up Alan lance son site commercial quelques heures seulement après la publication de son agrément d'activité au Journal officiel.

Alan, un Oscar à la française ? La comparaison entre le nouveau venu de l’assurance santé américaine et cette jeune pousse made in France s'est répandue ces derniers mois. Ces deux start-up ont en tout cas – a minima – un point commun : elles interrogent les assureurs complémentaires santé sur leurs pratiques de demain.

Alan, donc, est la première société d’assurance indépendante lancée en France depuis 1986 : elle a obtenu l’agrément de l’ACPR pour exercer des activités d’assurance accidents et maladie, agrément datant d’une décision du 20 octobre publiée au Journal Officiel du 24. Et, dès le 25, Alan a lancé son site Internet et débuté la commercialisation de ses offres…

Pour ce faire, la start-up a bénéficié d’une levée de fonds préliminaire de douze millions d’euros, obtenus avec OpenCNP (CNP Assurances), Partech Ventures, Power Financial Corporation of Canada avec, en complément, plusieurs investisseurs tech individuels. C’est le troisième projet soutenu par CNP Assurances dans le cadre d’OpenCNP après Lendix et H4D : CNP Assurances devient par la même le réassureur de référence d’Alan et Hélène Falchier, responsable du private equity de CNP Assurances et directrice générale d’Open CNP, rejoint à cette occasion le conseil d’administration d’Alan.

Cinq minutes, tout compris

La promesse d’Alan ? Toute entreprise doit être à même de souscrire une complémentaire santé… en cinq minutes maximum. L’offre, proposée uniquement via le site alan.eu, mise tout sur la simplicité. «Il faut au préalable une adhésion de l’utilisateur vis-à-vis de l’expérience client, sans quoi tout effort sur le digital est inutile», témoignait le créateur d’Alan Jean-Charles Samuelian à l’occasion d’un colloque sur l’assurance santé de 2025 organisé par le cabinet Eurogroup Consulting.

Comment parvenir, par conséquent, à cette simplicité portée comme un étendard ? Se procurer une assurance complémentaire santé sur alan.eu se fait 100% en ligne : une fois l’entreprise inscrite sur le site, l’employeur peut inviter l’ensemble de ses salariés à s’inscrire en quelques secondes.

Si l’entreprise possède déjà une complémentaire santé (ce qui est désormais obligatoire avec la réforme de la généralisation, mais la phase d’équipement n’est pas tout à fait conclue...), Alan rappelle qu’elle peut résilier son contrat au 31 octobre – la start-up s’occupant de l’ensemble des formalités de transition, rédactions de la lettre de résiliation et de la DUE incluses. Elle prévient, par la même, qu’elle veut modifier un autre standard du marché : cette assurance est sans engagement, payable mensuellement, mais les conditions du contrat sont de leur côté garanties pour un an.

User experience pour l'employeur et le salarié

L'unique grille de garanties (toutes responsables) se veut, elle aussi, simple au possible – même si, ose Alan sur son site, «le système de remboursement français résiste à toute forme de simplification». De là à être adaptées aux accords de branche en santé... A noter, pour les principaux postes de dépenses :

  • Les consultations (généralistes comme spécialistes) sont remboursées à 300% BRSS pour les médecins adhérant au contrat d’accès aux soins (200% BRSS si hors CAS).
  • Sur l’hospitalisation, les frais de séjour sont pris en charge à hauteur de 300% (pour les établissements conventionnés), ceux de transport à 115% : plusieurs prestations journalières non prises en charge par la Sécurité sociale sont incluses (100€ pour la chambre particulière en cas de maternité, 50€ hors maternité, 45€ pour le lit accompagnant).
  • En optique, le remboursement des montures (limité à 130 euros) et des verres (nettement en deçà des plafonds responsables, cf. grille) s’accompagne de celles des lentilles (160€ par œil par an pour celles prises en charge par la Sécurité sociale, 130€ pour les autres) et de la chirurgie réfractive (600€/œil).
  • En dentaire, l’orthodontie est prise en charge à 250€ (soit 483,75€/semestre) et les implants à hauteur de 500 euros par an.
  • Pour le reste, les prothèses auditives sont prises en charge à hauteur de 450€ par oreille et par an, la médecine douce à hauteur de deux séances de 30€ par an, la contraception à hauteur de 100€ en plus des remboursements de la Sécurité sociale, tout comme les vaccins internationaux (50€) et la visite annuelle du sport (30€).

 

Les prix, enfin, évoluent en fonction de l’âge moyen des salariés (de 55€ à 85€ par mois) et du nombre de salariés et bénéficiaires : «Je crois à l'hyper-segmentation des services, mais pas à celle du prix» expliquait M. Samuelian durant le même événement. L’employeur définit en un clic sa participation entre 50% et 100%, les salariés pouvant de même inscrire leurs conjoints et enfants, couverts avec la même participation (pour les enfants : 40€ pour ceux de moins de 18 ans, 55€ pour ceux entre 18 et 24 ans).

 

Verres \ Prises en charge (en €) Minimum Alan.eu Maximum
2 verres simples 50 125 470
1 verre simple et 1 verre complexe 150 200 610
1 verre simple et 1 verre très complexe 150 215 660
2 verres complexes 200 275 750
1 verre complexe et 1 verre très complexe 200 290 800
2 verres très complexes 200 305 850

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher