Courtage : Groupama fait son come-back

Publié le

,

,

,

,

L’assureur mutualiste lance Groupama Courtage, un nouveau pôle de courtage en assurance de biens et de responsabilité. Il a vocation à devenir l’interlocuteur privilégié des grands courtiers parisiens.

L’assureur mutualiste lance Groupama Courtage, un nouveau pôle de courtage en assurance de biens et de responsabilité
L’assureur mutualiste lance Groupama Courtage, un nouveau pôle de courtage en assurance de biens et de responsabilité
EXCLUSIF  

C’est l’histoire d’un retour. Cinq ans après la vente à Allianz du portefeuille IARD de Gan Eurocourtage, Groupama entend se repositionner sur le marché des risques d’entreprise avec une nouvelle structure dénommée Groupama Courtage. L’entité qui sera installée à Nanterre, dans les nouveaux locaux franciliens de l’assureur mutualiste, a vocation à devenir l’interlocuteur privilégié du groupe pour les grands courtiers parisiens. « Depuis 2012, les caisses régionales ont amplifié le développement de leurs relations avec le courtage. Au point d'augmenter de 50% le portefeuille en le portant à plus de 350 M€ hors collectives aujourd’hui. Mais cette croissance s’est cantonnée au niveau local et régional. Il s’agit là de combler un trou dans la raquette », explique Eric Desselas, directeur assurance des entreprises et des collectivités. Cet ex-courtier, passé par Gras Savoye et Aon avant d’arriver en 2015 chez Groupama, sera chargé de piloter le nouveau pôle.

Groupama Courtage se positionne sur les risques des entreprises de taille significative. « Nos cibles vont de la grande PME aux ETI et grandes entreprises à l’exclusion des grands comptes du CAC 40 », précise Eric Desselas. L’entité proposera des solutions en dommages et pertes financières, responsabilités (RC générale, dirigeants et mandataires sociaux, environnementale), flottes de véhicules et marchandises transportées ainsi qu’en risques spéciaux.

65 à 70 M€ de chiffre d'affaires d'ici 10 ans

« On s’est fixé pour objectif d'occuper sur le marché du grand courtage parisien une part de marché de 6-7% sur le segment ABR dans les dix prochaines années. Ce qui équivaut à un chiffre d'affaires de 65 à 70 M€. Certains diront que c’est peu ambitieux, d'autres au contraire diront que c'est peu réaliste au regard d'un marché difficile. Moi je dis que c’est raisonnable et raisonné», explique Eric Desselas, tout à fait conscient d’arriver sur un marché très largement surcapacitaire. « Nous savons très bien que ce n'est pas l'apport de nouvelles capacités qui va bouleverser le marché. Nous estimons par contre que nous avons de vrais atouts  », poursuit le dirigeant. Eric Desselas affirme notamment vouloir s’inscrire dans la durée. « On n’est pas là pour faire du stop and go », affirme-t-il. Le dirigeant affiche également des capacités qu’il juge « cohérentes » avec le marché : jusqu’à 100 M€ en dommages et jusqu'à 50 M€ en RC. Et il vante enfin une structure qu’il promet « légère et agile avec des souscripteurs dotés de réels pouvoirs de décision ».

Encore en phase de lancement, Groupama Courtage va s’appuyer sur les équipes de la Direction assurance des entreprises et collectivités, en attendant que des souscripteurs dédiés soient recrutés en externe. Treize personnes, au total, doivent être embauchées d’ici 2026 pour la souscription et la gestion de compte. Le porteur de risques pour cette nouvelle entité sera Gan Assurances, filiale à 100% de Groupama, dont dix salariés apporteront leur support pour les parties comptables et financières. Si aucun nom n’a encore filtré, un premier souscripteur en dommages aurait déjà signé pour faire partie de l’aventure. Actuellement chez Generali, il doit prendre ses fonctions à la rentrée prochaine.

Mathieu Lehot et Aurélie Abadie



Effectuer une autre recherche

Rechercher