Courtage : les Devorsine, plus d’un siècle d'histoire

Par - Publié le

,

,

,

,

,

La famille Devorsine exerce dans l’assurance depuis 1909 à Nantes... Aujourd’hui, le cabinet est piloté par la quatrième génération. Zoom sur trois époques : celles d’Henri et Pierre, d’Éric, puis de Laurent et Frédéric.

Éric Devorsine entouré de ses fils Laurent (à sa gauche) et Frédéric (à sa droite).
Éric Devorsine entouré de ses fils Laurent (à sa gauche) et Frédéric (à sa droite).
Martial Ruaud / Andia.fr

Tout a commencé par une histoire de bateau. En 1909, Henri Devorsine, jusque-là marchand de vin, s’associe à la veuve de l’armateur Fernand Crouan. Son fameux trois-mâts, le Belem, a perdu son principal client, le chocolatier Meunier, qui se fait désormais livrer son or noir au Havre et non plus à Nantes. « En tant qu’agent général des Assurances générales, qui deviendront les AGF, Henri a assuré une bonne partie des activités industrielles de Nantes. Il a aussi été à l’origine du syndicalisme de l’assurance en France, aux origines d’Agéa (NDLR : fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance) et même l’un des fondateurs de la CGPA (NDLR : Caisse de garanties des professionnels de l’assurance) », explique son petit-fils Éric.

Après-guerre, Pierre, le représentant de la deuxième génération, intègre le cabinet familial directement après cinq ans de captivité. L’agence devient si importante qu’au départ à la retraite d’Henri, la compagnie exige un deuxième associé. Un certain Monsieur Gouverneur rejoint Pierre. L’alliance ne durera que 10 ans. En 1970, l’entreprise est divisée en deux.

La transition vers le courtage...

Puis, tout se précipite pour Éric Devorsine. À 18 ans, il vient de s’inscrire en médecine quand son père lui propose de le rejoindre au sein du cabinet. La société vient d’être scindée après ce désaccord entre actionnaires. Elle a perdu l’essentiel de ses clients « entreprises ». Pour Éric, tout s’enchaîne : stage chez un agent général à Rennes, obtention d’une licence de droit et d’un diplôme de l’École nationale d’assurances (Enass). Il prend seul les manettes du cabinet avant ses 30 ans.

À l’époque, la consolidation du monde mutualiste bat son plein, la concurrence sur le marché du particulier est rude. Éric décide de se focaliser sur l’entreprise. En 1992, il ose demander aux AGF de ne plus être leur agent exclusif. Sa monnaie d’échange : « promettre de développer mon portefeuille plus vite que la moyenne des agents de Loire-Atlantique, et m’engager à maintenir l’activité de courtage minoritaire ».

En 2007, il obtient d’Allianz l’autorisation de devenir courtier. Clin d’oeil de l’histoire, il est entre-temps devenu président de la CGPA que son grand-père avait investi. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il demandera à son tour à son fils Laurent, alors étudiant dans la finance, s’il est intéressé par le cabinet...

Pour assurer la relève d’Éric, ses fils s’y sont mis à deux. De formation généraliste supérieure en école de commerce (HEC Montréal et ESCP), Laurent a travaillé en tandem avec son père pendant trois ans. Son frère cadet, Frédéric, s’est spécialisé de suite dans l’assurance en faisant l’Enass. Ces garçons, complémentaires, choisissent de reprendre le cabinet en 2016. Avant cela, Laurent avait créé l’activité d’assurance emprunteur sur le Net, renouvelé l’informatique...

Le passage en multispécialiste

Mais surtout, le cabinet généraliste devenait multispécialiste. Désormais, chaque secteur d’activité disposera de ses process, son commercial, sa marque... Laurent a commencé par Devorsine Immobilier. Actuellement, Frédéric met le pôle construction sur les mêmes rails. Même si leur père passe aujourd’hui beaucoup de temps en mer, il est toujours là pour un conseil. Encore impliqué dans le monde de l’assurance via la CGPA Europe, il sait aussi se montrer à bon escient. « En juillet, quand Axa a réuni ses 100 premiers courtiers à Paris, je suis allé à la réception avec Frédéric. Les compagnies apprécient de me savoir toujours à côté de mes enfants si besoin », confie ce père, satisfait d’avoir réussi à passer le flambeau à deux de ses fils. « Ils ont été attirés par l’histoire familiale et le projet entrepreneurial. La facilité pour eux aurait été de continuer dans leurs voies initiales… »


Eric Devorsine

Eric Devorsine

Président de la Caisse de Garantie des Professionnels de l'Assurance (CGPA) de 2009 à 2015

Éric Devorsine est né le 11 décembre 1949 à Nantes. 1970-71 : études à l'École nationale d'assurance (Enass) à Paris. 1971 : en poste au sein de l'agence [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous