Données de santé : une majorité de Français prête à les partager

Par - Publié le

,

,

Plus de huit Français sur dix sont favorables au partage des données de santé, révèle un sondage Odoxa pour le Healthcare Data Institute.

nombres, tunnel, code informatique
nombres, tunnel, code informatique
DR

Les Français sont désormais largement convaincus du potentiel des données de santé, car ils ont compris que l’utilisation de ces données représente un enjeu à la fois individuel et collectif. Ils se disent aussi majoritairement prêts à les partager, révèlent les résultats d’un sondage Odoxa pour le Healthcare Data Institute (HDI, premier Think Tank international consacré au Big Data dans le domaine de la santé, dévoilés à l’occasion de la troisième édition du HDI Day le 16 novembre dernier.

Seulement pour de bonnes causes

Près de trois quarts des Français (72 %) estiment que les données de santé peuvent permettre de faire avancer la recherche médicale et d’améliorer la santé de tous, et plus de 80 % d’entre eux se déclarent favorables au partage de ces données pour de grandes causes.

En revanche, les sondés souhaitent que toutes les précautions soient prises pour protéger leurs données et s’assurer du bien-fondé de leur utilisation. Au-delà de l’anonymisation et de la sécurisation des données, les Français accepteraient de partager leurs données s’ils savent à quelles fins et par qui elles seront utilisées.

Pas de chèque en blanc

A cet égard, les Français montrent une attitude un peu ambivalente, sans doute liée à la fréquence des scandales de piratage de données, parfois extrêmement confidentielles, qui peuvent très bien concerner des données de santé. Ainsi, pour se prémunir contre ces cas de figure, une majorité de Français (65 %) fait confiance aux institutions françaises pour mettre en place les conditions nécessaires à leur protection mais seuls 10 % en sont persuadés. Si la défiance a disparu, la confiance reste donc à consolider.

« Cette étude vient confirmer notre intuition. Les Français ont compris que le partage de ces données est primordial, pour eux à titre individuel, comme pour la collectivité, c’est-à-dire pour nous tous ! La question est plutôt de savoir, pour que soit favorisé ce partage, quelles sont les solutions innovantes qui vont permettre d’assurer la sécurité des données, c’est–à-dire les intérêts individuels, et ce, sans freiner l’innovation pour le bien commun. C’est le défi actuel ! », commente Thomas London, Président du Healthcare Data Institute.
 



Effectuer une autre recherche

Rechercher