precedent Suivant Les groupes paritaires bousculés par l'ANI 3 / 4

En route pour le schéma du « 3 + 1 »

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Si les partenaires sociaux appliquent aux activités concurrentielles la logique qui prévaut pour la retraite complémentaire, il pourrait ne rester dans quelques années que quatre groupes de protection sociale.


En un an, le nombre de groupes de protection sociale apparaissant dans notre classement est passé de treize à onze. Une diminution liée à la fusion de Mornay et de D et O qui a donné naissance à Klesia, ainsi que celle de Novalis-Taitbout et Humanis. Ce nombre n'est pas figé, puisque Réunica a décidé de se rapprocher d'AG2R-La Mondiale. L'opération ne sera toutefois pas effective sur l'exercice 2013. Après la rupture des fiançailles de Réunica avec Novalis-Taitbout en 2009, puis avec Pro BTP à l'automne 2011, les partenaires sociaux avancent à pas comptés. Ils ont souhaité un examen attentif de la solidité financière du nouvel ensemble, qui aura lieu après l'arrêté des comptes 2013. À fin 2012, Réunica affichait un ratio de couverture de marge de solvabilité de 632%, tandis qu'AG2R-La Mondiale atteignait un 249% sensiblement équivalent à celui des sociétés d'assurances comme Axa ou Generali. Le dossier de rapprochement devrait donc être déposé au premier semestre 2014.

Ce mouvement est appelé à se poursuivre. Dans un environnement où la concurrence devrait être de plus en plus ouverte, les institutions de prévoyance ont intérêt à constituer des ensembles de grande taille pour faire jeu égal avec les assureurs. D'autant plus que les acteurs paritaires se banalisent.

Le poids de la régulation

« Il y a dans leur environnement des modifications importantes. À l'origine, les IP n'étaient régies que par le code de la Sécurité sociale. Aujourd'hui, elles sont soumises à la fiscalité, doivent appliquer les mêmes règles de gestion des risques et de contrôle interne que les mutuelles et les assureurs. Et il y a aussi le projet de modification des avantages fiscaux avec l'article 5 du projet de loi de Finances. Tout cela fait que les IP se trouvent en situation de concurrence ouverte avec les autres. Elles se distinguent toutefois par leur savoir-faire en matière de contrat collectif », souligne Bernard Lemée, président du Centre technique des institutions de prévoyance (CTip).

Autre facteur, la volonté des partenaires sociaux, qui réfléchissent à un schéma « 3 + 1 groupes » pour la gestion de la retraite complémentaire. Ce modèle pourrait-il se retrouver pour les activités concurrentielles ? « Oui », répond Bernard Lemée, avant d'expliquer : « Les partenaires sociaux réfléchissent à un schéma cible, car il faut réaliser des gains d'efficacité opérationnelle en retraite complémentaire. Du côté de la prévoyance, il y a des arguments qui vont dans le même sens. Les contraintes de régulation, Solvabilité 2, font que les IP doivent avoir, dans leur champ concurrentiel, des moyens qui exigent une certaine taille. J'ai bien connu cela dans la banque avec la réglementation sur la conformité. » Dans un tel scénario, le marché s'organiserait autour de trois grands groupes interprofessionnels, en l'occurrence AG2R-La Mondiale, Malakoff-Médéric et Humanis, ainsi qu'un groupe professionnel, Pro BTP. Ce dernier devrait logiquement s'imposer comme le pôle fédérateur des groupes professionnels, d'autant qu'il partage déjà des moyens informatiques avec certains, comme IRP auto ou Audiens.

Le jeu des alliances

Pour les trois autres leaders, les rapprochements pourraient aussi s'opérer en fonction des liens opérationnels et/ou de réassurance existants. Ainsi, il n'est pas interdit d'imaginer un jour des fiançailles entre Humanis et Apicil, qui possèdent une structure commerciale commune (Adéis) et rapprochent leurs activités d'assurance vie au sein d'Apicil assurances. En revanche, on imagine mal Klesia rejoindre Humanis. Le premier a des liens avec Generali, le second avec Axa. Resterait donc une hypothèse AG2R-La Mondiale ou plutôt Malakoff-Médéric. Attendons 2014 ou 2015 pour y voir plus clair.


precedent Suivant Les groupes paritaires bousculés par l'ANI 3 / 4


Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous