Generali mis en cause après la perquisition de la Commerzbank

Par - Publié le

,

,

,

Generali est au centre d’une enquête pour complicité de fraude fiscale après les perquisitions effectuées, mardi 3 décembre, dans les locaux de la banque allemande Commerzbank. Selon plusieurs journaux allemands, le parquet de Bochum soupçonne l'assureur italien d’avoir proposé un produit de gestion d'actifs sous le couvert d’une assurance vie. Ce système, mis en place en 2006, a permis de bénéficier des avantages fiscaux offerts par les contrats vie en Allemagne sans en supporter les contraintes.

Des produits proposés par Generali PanEurope

Le deuxième établissement bancaire privé d’Allemagne, qui garde le statut de témoin dans cette affaire, a promis de coopérer avec les autorités judicaires. Selon le quotidien économique allemand «Handelsblatt», la fraude porte sur «plusieurs centaines de millions d’euros» dans plus de 200 cas. Ces «produits d'assurance vie cachant des comptes titres» («insurance wrapper») auraient été proposés à des clients allemands par le biais de la filiale Generali PanEurope, dont le siège est en Irlande. L’assureur italien a déclaré qu’il n’avait encore reçu «aucune notification concernant les allégations rapportées».

Generali et la Commerzbank Partenaires depuis quinze ans

Generali était partenaire de la Commerzbank depuis 1998. La participation de l’assureur italien était montée jusqu’à 10% dans le capital de la banque. Celle-ci écoulait exclusivement ses produits sur le marché allemand. Sergio Balbinot, l’actuel directeur général des activités assurance de Generali, a siégé jusqu’en 2012 au conseil de surveillance de la banque. L’été dernier, une enquête similaire avait été ouverte contre 4 000 clients du Crédit Suisse qui avaient tenté de flouer le fisc avec ce même type de produits vie dissimulant des comptes titres.



Effectuer une autre recherche

Rechercher