Groupama Gan Vie numérise ses conseillers

Par - Publié le

,

,

,

La filiale assurance vie et collective de Groupama vient d’équiper l’ensemble de ses conseillers d’une tablette numérique, iPrev, qui remplace intégralement leur poste de travail physique. C’est le premier réseau qui va aussi loin.

Une application fait la liaison technologique entre le réseau et le service de gestion de GGVie.
Une application fait la liaison technologique entre le réseau et le service de gestion de GGVie.
credit photo

Assureur de personnes de Groupama, GGVie fabri­que et porte le risque d’une palette de produits distribués par 600 conseillers Gan Prévoyance, 300 mandataires Gan Patrimoine, 950 agents généraux et 9 caisses régionales composées de 2 000 agences. Outiller efficacement ces différentes forces de vente constitue donc une priorité pour la filiale de l’assureur.

« Supprimer tout le reste »

Portée par le vent de la digitalisation et de la dématérialisation, GGVie a donc démarré, dès novem­bre 2014, un vaste chantier commercial pour « supprimer tout le reste », selon les termes de Fabrice Jollois, instigateur de ce projet baptisé iPrev en qualité de directeur général adjoint de Groupama Gan Vie (aujourd’hui directeur général adjoint de Gan Assurances). Ne garder, donc, que le conseiller et sa tablette. Exit le poste de travail, les imprimantes, l’ordinateur, les documents et les courriers papier… « Il y avait un enjeu business et technologique », résu­me Fabrice Jollois. Un enjeu de 2,2 millions de contrats d’épargne, de retraite ou encore de prévoyance, souscrits par 2 millions de clients.

C’est bon pour le business

Là où ils ne réalisaient qu’une affaire, les 600 conseillers Gan Prévoyance – les seuls outillés à ce jour – en réalisent deux aujourd’hui dans le même laps de temps. La productivité est donc au rendez-vous. Pour Gan Patrimoine – les 300 mandataires seront équipés début 2017 – l’enjeu sera de basculer dans le monde des UC en apportant un meilleur conseil en termes d’allocations d’économie. « Ce n’est pas le travail du conseiller que de dire sur quels risques il faut investir, mais le nôtre de l’outiller afin qu’il puisse effectuer un scoring pertinent des risques du client », glisse Fabrice Jollois pour qui le projet iPrev incarne, sur la forme, le changement de fond du métier de la distribution d’épargne.

Sans poste de travail fixe

C’est le cabinet de conseil Accenture qui a accompagné GGVie dans cette aventure en créant d’abord un prototype, puis en formant les conseillers Gan Prévoyance (ndlr : premiers équipés) en janvier 2016 à l’utilisation de la tablette dont le déploiement a été effectué en avril. En son cœur : une application qui détail­le les offres (conditions générales, choix des UC, tarifs…), fait la liaison technologique entre le réseau et le service de gestion de la compagnie (captation des pièces justificatives…) et intègre la signature électronique. « Nous avons choisi une application qui puisse fonctionner ergonomiquement sur plusieurs types de matériels et tablettes, en WebApp, acces­sible quel que soit le support », précise Fabrice Jollois qui a écarté l’idée d’opter pour un outil propriétaire.

Au final, iPrev a secoué la maison d’assurance vie bien au-delà de la distribution. « Cela a révolutionné la façon dont nous concevons les produits », confie le maître d’œuvre. Car entre 2014 et 2017, il en aura fallu des étapes ! C’est la simplicité qui a toujours guidé la construction du projet. « Quand il faut remplir des formulaires en ligne de 8 pages, il est capital de faire simple pour atteindre, justement, un taux de remplissage et donc de conformité supérieur à avant », relate Fabrice Jollois qui reconnaît avoir, avec les premiers prototypes, échoué en s’attachant à reproduire en ligne l’existant papier. « Les opérations de souscription sont un vrai sujet en assurance vie, ajoute Khalid Lahraoui, responsable assurance d’Accenture France, puisque la stratégie pro-UC des compagnies augmen­te le niveau de risques pour le client ». Et le consultant de confier être, ici, vraiment allé jusqu’au bout de la dématérialisation.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous