Hervé Lancelot (CGPA) : «Dans 60 % des cas, les mises en cause portent sur le défaut de conseil» (Diaporama)

Par - Publié le

,

,

,

Les fonctions d’Hervé Lancelot au sein de CGPA en font un observateur des risques encourus par les intermédiaires. Depuis cinq ans, il constate une hausse des sinistres graves et un fort taux de mises en cause pour défaut de conseil.


LAETITIA DUARTE
DIAPORAMA  

 

Découvrez notre diaporama, issu de l’interview du directeur général de CGPA, à retrouver dans l’Argus du 25 septembre.


Hervé Lancelot, directeur général de CGPA :

«Aujourd’hui, [CGPA assure] la totalité des agents généraux, à peu près 2 600 courtiers et environ 650 professions de l’intermédiation financière - conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) et intermédiaires en opérations de banque et en services paiement (IOBSP), sans compter les agents disposant d’une offre bancaire.» - © LAETITIA DUARTE

Hervé Lancelot, directeur général de CGPA :

«A travers les contacts que nous entretenons avec les autres organisations professionnelles de l’intermédiation, nous nous sommes aperçus que dans les autres pays européens, il n’y avait pas d’équivalent de CGPA. Nous avons donc créé, en 2012, une filiale – CGPA Europe – dont le siège est basé au Luxembourg.» - © LAETITIA DUARTE

Hervé Lancelot, directeur général de CGPA :

«Les intermédiaires spécialisés dans les grands risques ne sont pas forcément les plus exposés. En assurance automobile, un manquement tel que la vente d’une garantie inadaptée ou une erreur d’attestation peut conduire à des mises en cause importantes, en cas de dommages corporels.» - © LAETITIA DUARTE

Hervé Lancelot, directeur général de CGPA :

«Aujourd’hui dans 60 % des cas, les mises en cause portent sur le défaut de conseil, une notion souple à utiliser du point de vue des victimes, et sujette à davantage d’interprétation.» - © LAETITIA DUARTE

Hervé Lancelot, directeur général de CGPA :

«A mes yeux, il y a une sorte de contradiction entre les attentes en termes de simplicité et de rapidité associées au digital et les exigences réglementaires en termes d’analyse des besoins, de connaissance et d’information des clients auxquelles sont soumis les intermédiaires.» - © LAETITIA DUARTE


Effectuer une autre recherche

Rechercher