Ile-de-France : le Conseil régional évince les mutuelles étudiantes pour la couverture des étudiants boursiers

Par - Publié le

,

,

,

,

Le Conseil régional d’Ile-de-France a retenu Harmonie Mutuelle au détriment des mutuelles étudiantes LMDE et Smerep pour son nouveau dispositf d’aide à la complémentaire santé des étudiants boursiers.


© Pascal Guittet

Après le projet gouvernemental d’adosser le régime étudiant de sécurité sociale au régime général, c’est une nouvelle pilule amère à avaler pour les mutuelles étudiantes : la région Ile-de-France vient, lors de la séance plénière du Conseil régional du 7 juillet, d’écarter la LMDE et sa concurrente régionale Smerep du nouveau dispositif d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé pour les étudiants boursiers (des échelons 0 à 4) au profit d’Harmonie mutuelle.

Un appel à manifestation d’intérêt

La nouvelle majorité à la région Ile-de-France ne souhaitait pas conserver à l’identique le précédent dispositif de soutien, un chèque santé de 100€ dont bénéficiaient depuis 2010 entre 6000 et 7500 étudiants – LMDE indiquant en avoir délivré en moyenne 3200 au cours des deux dernières années. Dans son rapport – indisponible au public – sur le sujet,  la région affirme vouloir « se positionner désormais comme une réelle actrice de la santé des jeunes : en s’assurant que les garanties proposées permettent réellement de réduire les restes à charge pour les étudiants et en définissant les conditions d’éligibilité auprès des organismes complémentaires en cohérence avec les dispositifs du rapport Ile-de-France sans SIDA et les premières pistes du plan régional de prévention santé jeunes ».
Suite à un « appel à manifestation d’intérêt » (AMI, qui ne demande qu’un pré-projet aux porteurs de projet), la région a retenu Harmonie Mutuelle parmi quatre candidats – les trois autres étant LMDE, la Smerep et la start-up Alan -, sa proposition ayant été considérée comme celle qui répondait le mieux aux cinq critères fixés dans le rapport.

Un budget indéterminé

Le soutien à ce contrat « labellisé région »  atteindra désormais « un montant de 200€ au maximum par étudiant pour une année complète, en remboursant l’avance de frais à l’organisme complémentaire retenu ». Le budget total n’est pas précisé, le rapport présenté au nom de Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, ne faisant allusion qu’à « une enveloppe  votée annuellement ».

« Après avoir annoncé le doublement du chèque santé étudiant ces derniers mois, la réalité est tout autre », dénonce la LMDE. « Les pouvoirs publics font le choix d’un monopole, avec un acteur qui n’est pas présent sur les campus avec des offres spécifiques aux besoins des jeunes », note Romain Boix, président de la mutuelle étudiante. Ce dernier souligne d’ailleurs que le tableau comparatif des candidats à l’AMI pointe, au chapitre des inconvénients, une « moindre connaissance de la population cible ».



Effectuer une autre recherche

Rechercher