Innovation : ces 12 insurtech qui comptent en 2016, selon KPMG

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Entre 2015 et 2016, le nombre d’Insurtech représentées dans le classement des 100 Fintech mondiales a presque doublé, selon le cabinet KMPG. Les start-up de l’assurance confirment ainsi leur ancrage dans le paysage des jeunes pousses, derrière le prêt et les moyens de paiement.

En termes de secteur d’activité, un peu moins d’une Fintech sur trois en 2016 est liée aux activités de prêt, un boom de 10 points par rapport à l’an dernier, suivi des moyens de paiements (18%). En troisième position avec 12%, l’insurtech confirme sa légitimité dans le paysage de la fintech mondiale.
En termes de secteur d’activité, un peu moins d’une Fintech sur trois en 2016 est liée aux activités de prêt, un boom de 10 points par rapport à l’an dernier, suivi des moyens de paiements (18%). En troisième position avec 12%, l’insurtech confirme sa légitimité dans le paysage de la fintech mondiale.
DR

Retenez bien leur nom, elles seront susceptibles demain de bousculer l’économie traditionnelle de l’assurance. Elles, ce sont ces 12 insurtech mondiales (« start-up de l’assurance ») distinguées par le cabinet d’audit KPMG à l’occasion de la publication de la 3e édition du classement Fintech 100.

Deux listes ont ainsi été établies (voir méthodologie ci-dessous) : La première classe les 50 principales Fintech au niveau mondiales, reconnues à travers le monde pour leur expertise («Leading established fintech») ; la seconde liste, sans hiérarchie, les 50 Fintech émergentes, distinguées en 2016 pour leur capacité d’innovation («Emerging stars»).

L’assurance, troisième secteur le plus exposé à l’innovation

Le nouveau classement confirme la tendance à l’accélération de l’innovation dans l’industrie de la finance. Premier symptôme de ce phénomène : le total des capitaux levés des 50 premières fintech a atteint 14,6 Md$, en augmentation de 40%. Dans le détail, 35% des start-up financières ont planté leur drapeau en Amérique, 28% en Europe/Moyen-Orient/Afrique (hors Royaume-Uni), 14% en Asie, 13% au Royaume-Uni et 10% en Australie et Nouvelle-Zélande.

En termes de secteur d’activité, un peu moins d’une Fintech sur trois en 2016 est liée aux activités de prêt, un boom de 10 points par rapport à l’an dernier, suivi des moyens de paiements (18%). En troisième position avec 12%, l’insurtech confirme sa légitimité dans le paysage de la fintech mondiale. Un chiffre près de deux fois supérieur à l’an passé.

A noter cette année, la percée des «Regtech» pour «Regulation tech», ces jeunes pousses qui aident les acteurs financiers à gérer les contraintes réglementaires via l’innovation.

Source : KPMG

Les six insurtech les plus importantes

Dans le palmarès des 50 plus importantes fintech établi par KPMG, six insurtech figurent en bonne position :

  • Oscar (3e place, Etats-Unis) : née en octobre 2013 suite à la réfor­me Obamacare, la start-up américaine propose notamment des téléconsultations et check-up gratuits, l’accès aux médicaments de base et aux vaccins antigrippaux sans visite et sans frais.
  • ZhongAn (5e place, Chine) : Créée en 2013, elle  propose une assurance en ligne en habitation.
  • Collective Health (22e place, Etats-Unis) : société fondée en 2013 et qui apporte des services santé (médical, dentaire, pharmacie…) afin de transformer l’expérience de consommation de l’assuré.
  • League (36e place, Canada) : services santé à destination des assurés : localisation de médecin, salle de marché (réservation, paiements de consultations médicales…)
  • Policybazaar (44e place, Inde) : assureur vie en ligne et comparateur d’assurance à destination des consommateurs indiens.
  • Knip (48e place, Suisse) : application permettant d’optimiser le budget assurance (rapport qualité/prix, garanties…)

 

Les six valeurs montantes de l’assurance

Six autres insurtech figurent, quant à elles, dans la liste des pépites prometteuses, dont une seule tricolore, à savoir :

  • Anivo (Suisse) : combinaison d’un comparateur d’assurance et d’un courtier.
  • Compara Online (Chili) : premier site chilien de comparaison en ligne (voyage, auto, santé)
  • Fluo (France) : Fondée en 2013 par Jehan de Castet, ex-directeur général des Furets, la start-up, qui a commencé par comparer les assurances des cartes bancaires pour repérer les doublons, propose désormais une analyse détaillée de la totalité des contrats d'un foyer.
  • Lemonade (Etats-Unis) : première assureur peer-to-peer au monde qui se revendique « zéro bureaucratie ».
  • OSeven Telematics (Royaume-Uni) : la société propose une plateforme d’assurance basée sur le comportement (« pay how you drive »).
  • Pair Finance (Allemagne) : start-up qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour prévoir le comportement des débiteurs.
Comment KMPG a-t-il sélectionné les 100 Fintech ?

Le cabinet d’audit a établi une liste de 5 critères d’appréciation pour établir sa sélection :

- Le montant total de capitaux levés
- Le taux de levée de fonds
- La diversification géographique
- La diversité sectorielle
- Le facteur « X » : le degré de produit, de service et de modèle d’innovation. Il s’agit d’une mesure subjective appliquée seulement aux 50 Fintech émergentes.


Effectuer une autre recherche

Rechercher