Insurtech : une menace pour 56% des assureurs mondiaux

Par - Publié le

,

,

,

Les acteurs de l’assurance accélèrent leur transformation digitale et choisissent de s’associer avec les nouveaux acteurs qui montent en puissance et pourraient menacer leur chiffre d'affaires, indique une étude du cabinet PwC.

Les assureurs mondiaux s'associent de plus en plus avec les acteurs des nouvelles technologies
Les assureurs mondiaux s'associent de plus en plus avec les acteurs des nouvelles technologies
studiostoks - Fotolia

Pas moins de 56% des assureurs mondiaux estiment que 20% de leur chiffre d’affaires est menacé par les Insurtech. Mais ils ne restent pas les bras ballants face à la menace, puisque 45% d'entre eux ont déjà noué un partenariat avec une Insurtech dans le monde, alors qu'ils n'étaient que 28% à l'avoir fait l'an dernier. Tel est l'un des principaux enseignements de la nouvelle étude du cabinet de conseil et d’audit PwC « Global InsurTech Report: Insurance’s new normal, driving innovation with InsurTech », qui permet de mesurer l’accélération de la transformation digitale de la profession face à la montée en puissance des nouvelles technologies.

Transformer l'image de l'assurance

Des données qui montrent aussi que les assureurs comprennent mieux les avantages que les activités des Insurtech peuvent apporter à leur secteur (développement de produits et de services, augmentation de la base de données clients, optimisation des capacités analytiques…).  « De plus en plus, les compagnies d’assurance sont en train de réaliser le potentiel que recèlent les Insurtech. Si les assureurs peuvent utiliser l'intelligence artificielle et le data analytics pour aider leurs clients à éviter les sinistres, tout en proposant les services réactifs qu'ils attendent d'autres secteurs, ils seront à même de transformer l'image de l'assurance auprès des clients », explique Pauline Adam-Kalfon, directrice du secteur de l’assurance chez PwC.

Comment impliquer les clients...

La prise de conscience semble réelle puisqu'une majorité d’assureurs (52%) considère désormais que l’innovation doit devenir un élément central de leur stratégie et ne lésine pas sur les moyens. Ainsi, 84% prévoient d'investir dans l'analyse de données et 58% dans la technologie mobile d'ici 2018. Mais il reste du chemin à faire, puisque seuls 16% et 25% des assurés utilisent des applications mobiles ou des sites web pour interagir avec leur assureur. Le secteur s'interroge donc quant à la meilleure façon d'impliquer les clients tout en leur proposant les produits qu'ils désirent et qui répondent à leurs besoins. 

Selon PwC, la réussite des investissements technologiques et de l'association avec les insurtech dépend d'un élément-clé : la transition vers un modèle davantage axé sur la prévention (aider les clients à éviter les accidents), ainsi que sur la possibilité de souscrire des polices d'assurance à la demande et à la carte.

... et attirer les talents

L'émergence de technologies de data analytics va également permettre aux assureurs de se concentrer sur les opportunités offertes par l'Internet des Objets (IoT). Le succès de l’intelligence artificielle (IA) libèrera du temps pour les professionnels expérimentés qui pourront ainsi travailler sur des décisions plus complexes, nécessitant une réflexion en profondeur. Un avantage qui ne doit pas être sous-estimé puisque 87% des assureurs déclarent rencontrer des difficultés à recruter et à fidéliser des talents dotés des compétences adéquates pour innover. Dans ce contexte, les assureurs cherchent également à acquérir des start-ups, à s'associer avec des partenaires innovants et à encourager les projets d’open innovation auprès de leurs collaborateurs afin d’attirer les talents de demain.

La blockchain plebiscitee

Autre sujet de premier plan, la blockchain. L’an dernier, seuls 17% des assureurs la considéraient comme une tendance en matière d’innovation contre 50% cette année. 81% des assureurs se disent maintenant familiarisés avec cette technologie blockchain et s'attendent à son adoption massive dans l’ensemble du secteur. Selon l’étude, 100% des assureurs prévoiraient d'intégrer la blockchain dans leur système de production d’ici 2021. Mais seulement 8% des sondés déclarent prévoir investir dans l'année à venir, tant et si bien que le rythme d'investissement devra s'accélérer considérablement pour atteindre les 100%. « Nous sommes ravis de constater que les assureurs augmentent leurs investissements en faveur de la blockchain et qu'ils manifestent un intérêt à s'associer avec des start-ups comme Utocat ou Blockchain Partners afin de tirer le meilleur parti de ces potentialités », déclare Marie-Line Ricard, associée PwC France et Afrique francophone en charge du Blockchain Lab.



Effectuer une autre recherche

Rechercher