precedent Suivant Agents généraux 5 / 5

Julien Fourn et Benoît Hervet (Allianz France) : les associés

Par - Publié le

,

,

,

,

« Même si nous sommes indépendants, un accompagnement administratif efficace pourrait nous faire gagner du temps. C’est gagnant-gagnant ! »

Après avoir créé chacun leur statut d’EIRL (Entrepreneur individuel à responsabilité limitée), Julien Fourn et Benoît Hervet ont monté une Spec (Société en participation d’exercice conjoint) pour lancer ensemble leur agence Allianz à Bergerac, en Dordogne. Leur activité a démarré le 1er octobre 2016 avec deux portefeuilles qu’ils ont décidé de fusionner. Leur objectif : développer le marché des professionnels, conscients que « parvenir à développer le particulier est un doux rêve avec la concurrence accrue des bancassureurs et dans un contexte de loi Hamon. Équiper les clients, augmenter la masse de contrats est devenu très compliqué », explique Julien Fourn. Après un DESS en droit des affaires avec une spécialisation en droit de l’immobilier et construction, celui-ci débute sa carrière dans l’immobilier en intégrant la filiale immobilière du Crédit agricole. Responsable juridique puis responsable du pôle administration de biens (gestion locative), Julien Fourn deviendra par la suite DRH des filiales immobilières. Son coéquipier, Benoît Hervet, est quant à lui ingénieur agroalimentaire de formation. Chargé d’affaires viticoles à Saint-Émilion au sein d’une agence Crédit agricole, il devient directeur d’agence en 2007 et rencontre alors Julien Fourn.

Le projet de se lancer ensemble prend forme. « L’assurance correspondait à la fois à nos parcours, notre appétence du conseil, du commerce et d’une vision commune de la relation commerciale. » Une fibre entrepreneuriale chevillée au corps et une attirance commune pour le management et le pilotage financier font de ce tandem de choc de véritables chefs d’entreprise. « Au départ, on s’est dit que se lancer à deux allait être un frein, mais nous sommes arrivés au moment où Allianz menait une vraie réflexion pour consolider son réseau et l’association se présentait comme une piste intéressante », ajoute Benoît Hervet. Après avoir gravi avec succès les différentes étapes du recrutement (tests de personnalité, entretien de trois heures chacun, deuxième entretien avec la direction régionale), les jeunes agents ont pu accéder au parcours de formation, « cinq mois en immersion totale », se souviennent-ils. Ils doivent maintenant attendre la fin de leur période probatoire de deux ans pour savoir s’ils seront titularisés. « Pour l’heure, nous devons remplir des objectifs quantitatifs sinon aucun de nous deux ne sera retenu. » À deux, est-ce mieux ? « C’est un vrai confort, car on peut se répartir les tâches : quand l’un prend en charge le développement commercial, l’autre peut s’atteler à la gestion du portefeuille », explique Benoît Hervet. Quid de l’accompagnement de la compagnie ? « Même si nous sommes indépendants, un accompagnement administratif efficace pourrait nous faire gagner du temps. C’est gagnant-gagnant ! », clament-ils.
 


precedent Suivant Agents généraux 5 / 5


Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous