L'Afnor présente son livre blanc sur le big data

Par - Publié le

,

L'Afnor - association française de la normalisation - a présenté lundi 15 juin un livre blanc intitulé "Données massives - big data, impact et attentes pour la normalisation". L'ouvrage invite tous les secteurs économiques à s'interroger sur l'utilité de définir des règles dans la jungle des données.

Charles Huot anime le groupe de travail Afnor sur le big data
Charles Huot anime le groupe de travail Afnor sur le big data

L'Afnor, association française de la normalisation, offre un catalogue de 33 000 normes volontaires. Les entreprises et professionnels, tous secteurs, adhèrent si elles le souhaitent à ces documents de référence qui définissent des bonnes pratiques communes à une activité ou un marché.

Depuis quelques temps, l'organisme réfléchit à la meilleure façon de normer la collecte, le traitement et l'exploitation des données massives produites sur divers supports (capteurs, téléphones, réseaux sociaux, fichiers clients...).

L'Afnor a donc organisé une rencontre ouverte le lundi 15 juin 2015 dans ses locaux de Saint-Denis (93). Objectif : comprendre les enjeux du big data et distribuer son livre blanc, fraîchement publié, intitulé " données massives - big data, impact et attentes pour la normalisation".

Cadrer le big data

"Nous organisons 200 manifestations par an en France qui concernent surtout nos adhérents, mais quand un sujet majeur sur le plan économique pose question, nous ouvrons la séance à tous les professionnels qui s'interrogent", explique Olivier Gibert, responsable de la communication éditoriale de l'Afnor. Le scope est donc double : acculturer les entreprises qui ne connaissent pas le sujet et permettre aux acteurs piqués de ces problématiques d'en approfondir le champs.

Au micro, Yves le Querrec, de la Banque Postale, président du Comité stratégique "information et communication numérique" de l'Afnor, a donc commencé par identifier le sujet. De quoi parle-ton ? De la transposition en bits informatiques, partageables sur les réseaux sociaux et stockables à distance d'une masse de données qui revêt de lourdes conséquences économiques.

"Pour les entreprises, le sujet est essentiellement vu comme un moyen de mieux maîtriser leur marché, de conquérir de nouveaux prospects ou de mieux cerner les attentes de leurs clients actuels. L'information devient un actif stratégique", écrit-il dans le livre blanc.

Derrière l'actif se nichent nombre d'enjeux (technologiques,de  contrôle,de vérification, de propriété intellectuelle, d'intéropérabilité...) entre tous les acteurs économiques. Charles Huot, directeur général de Temis - éditeur de logiciels d'analyse sémantique - en charge du groupe de travail sur le big data, a donc longuement détaillé la teneur du livre blanc afin d'entrer dans les détails règlementaires, de gouvernance des données, etc. In fine, c'est bien l'absence d'existence d'une autorité transnationale régulant l'usage de ces données massives qui appelle à réflexion publique!

 

Créer une éthique du big data

L'ouvrage détache quatre problématiques auxquelles la normalisation pourrait apporter des solutions opérationnelles  :

. l'interopérabilité des données et des systèmes d'information

. La sécurisation des données

. le respect des contraintes relatives aux données personnelles

. les conditions de gestion et de transmission de ces données

A l'heure où une norme ISO (20488 ndlr) est dans les tuyaux, il apparaît que le besoin d'autorégulation, notamment de la profession des assureurs et banquiers détenteurs de nombreuses données (mais aussi les secteurs du transport, des collectivités locales, de l'énergie, de la santé...), se fait de plus en plus sentir. '"Il faut concevoir une éthique de l'utilisation du big data. Matérialiser la ligne jaune à ne pas franchir". La possibilité de créer un  service public de la donnée a même été suggéré... Le débat ne fait que commencer.

Pour télécharger le livre blanc, cliquez ici



Effectuer une autre recherche

Rechercher