L’assurance sur la ligne de départ de la Juris’Cup

Par - Publié le

,

,

,

,

La 26ème édition de la Juris’Cup, la régate des juristes, débute le 15 septembre à Marseille. Durant quatre jours, des courses de voiliers aux couleurs des grands noms du droit, de l’assurance et de la finance, seront organisées ainsi que des soirées privées. A noter aussi un colloque dont le thème cette année est : « assurances et navires de plaisance ».

Lionel Péan, skipper du voilier du courtier SFS, partenaire de la Juris'Cup
Lionel Péan, skipper du voilier du courtier SFS, partenaire de la Juris'Cup

A la question avez-vous peur des incertitudes météorologiques ? Les organisateurs de la Juris’Cup, qui débute jeudi à Marseille, répondent par une expression typiquement provençale : “On craint dégun*”. Ni la pluie ni le vent ne pourra donc gâcher cette régate professionnelle qui accueille cette année 120 équipages.

Le principe est simple : 50% des équipages qui régatent doivent être des juristes de tout horizon et de toutes spécialités. Ils seront plus de 2200 à en découdre sur le plan d’eau marseillais. Celui-là même qui sera Stade nautique Olympique en 2024 si Paris est déclarée ville Olympique. A noter aussi la présence d’assureurs. A commencer par le courtier en assurance construction Groupe SFS, partenaire de la Juris’Cup, avec un bateau de 21,50 mètres skippé par Lionel Péan. Mais aussi des représentants d’Axa, d’AG2R La Mondiale ou du cabinet marseillais Racine Allianz.
 

Canoë de survie et contrat d’assurance.

La Juris’Cup c’est aussi une journée intense de colloque pour échanger et se former sur un thème fédérateur. Cette année les participants se retrouveront à la Maison de l’Avocat pour plancher sur le thème : Assurances et navires de plaisance. “ Il nous paraissait bon de connaître les multiples intervenants qui sont également nos partenaires (...) Tout ce monde est partie prenante à chacune de nos activités, à chacune de nos manifestations, à chacune de nos sorties en mer. Notre navire de plaisance, s’il doit comporter un canoë de sauvetage, doit également avoir un autre canoë de survie qui est le contrat d’assurance”, résume Denis Rébufat, président de la Juris’Cup.

*dégun : pronom provençal indéfini qui se traduit par : personne. Le mot marseillais a fait son entrée dans le millésime 2017 du Petit Robert



Effectuer une autre recherche

Rechercher