L'assureur italien Fondiaria-Sai en quête de solvabilité

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

En grande difficulté, le troisième groupe d’assurance italien Fondiaria-Sai, un temps convoité par Groupama, fait l’objet depuis plusieurs jours d’innombrables spéculations. Les dettes et l’urgence de trouver de l’argent frais pour augmenter sa marge de solvabilité de la compagnie ont contraint, en effet, la famille Ligresti, qui contrôle Fondiaria-Sai via la holding Premafin, de se mettre en retrait. La cession probable des parts de l'actionnaire de référence de ce groupe leader de la RC Auto en Italie ont déchaîné les hypothèses les plus folles, dont celle d’une fusion avec l’assureur Unipol. Fondiaria-Sai a eu beau démentir, indiquant dans un communiqué « n’avoir reçu ni contact, ni aucune manifestation d’intérêt », cette éventuelle opération a fait bondir le titre en Bourse, qui a gagné 30% entre la dernière séance de 2011 et celle du 4 janvier.

Ce projet semble néanmoins complexe à mettre en œuvre, puisqu’au terme de cette agrégation, les deux compagnies atteindrait plus de 35% des parts de marché dans la branche Rc Auto en Italie, dépassant le seuil autorisé par l’Antitrust. Selon une source proche du dossier citée par la presse italienne, « une solution complète pour l’ensemble du groupe doit être trouvée d’ici à la réunion du conseil d’administration de Fondiaria-Sai du 27 janvier ». La compagnie devra notamment préciser le montant de l’augmentation de capital situé entre 600 et 750 millions d’euros, qu’elle compte lancer dans les prochains mois, telle qu’elle l’a annoncée le 23 décembre.

 

Dominique Muret, à Milan




Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin imprimer envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher