L'Espagnol Santander renforce son pôle assurance...

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La septième banque mondiale par les résultats veut traiter en direct plus d'un milliard d'euros de primes qu'elle se contentait jusqu'alors de faire distribuer dans plusieurs pays européens.

Le groupe présidé par Emilio Botin, qui vient d'annoncer un résultat 2006 historique, en hausse de 22 %, à 7 596 ME, souhaite se renforcer dans les assurances. La récente création d'une entité spécifique à l'assurance - « división global de seguros » - pour affronter l'internationalisation, l'annonce d'un investissement de 25 ME afin de créer une plate-forme technologique et la cascade de recrutements qui ont suivi depuis ne laissent aucun doute à ce sujet.

Universaliser le principe de l'effet mandibule

 

Le nouveau responsable de la division d'assurances, Jorge Moran, sera chargé de mettre en pratique « l'effet mandibule », vocabulaire maison désignant la centralisation maximale de tous les produits et services par aires géographiques afin de réduire les coûts et maximiser les profits.

Objectifs officieux : augmenter le volume de primes produites ou distribuées (6 551 ME en 2006) ; et doubler d'ici à 2009 la contribution aux résultats, qui s'était élevée à 1 740 ME en 2005. Pour ce faire, l'entité cantabrienne, plus axée sur la distribution (3 900 ME) que sur la production proprement dite (2 651 ME), se propose dans un premier temps de « re-capter » une partie du chiffre d'affaires issue des polices de compagnies tierces qu'elle distribue au Royaume-Uni, en Allemagne (lire l'article ci-contre), dans les pays d'Europe centrale et en Italie.

« Nous procéderons au cas par cas, et n'annulerons nos accords de distribution avec les fournisseurs que lorsque nous aurons la certitude de pouvoir faire mieux en direct », assure-t-on à la direction de la communication de Madrid. Le quotidien économique ibérique « Expansion » a néanmoins évalué à 1 232 ME le montant des primes qui pourraient ainsi être « rapatriées ». Sur ce total, un peu moins de la moitié reviendrait au Royaume-Uni, où Santander distribue des assurances de Norwich Union et de Resolution.

Le banquier n'exclurait pas la création d'une filiale assurance dans ce pays. L'autre moitié concernerait l'Allemagne, puis l'Italie, ainsi que des pays tels que l'Autriche et la Hongrie. Pour cette zone, où la distribution s'appuie pour l'essentiel sur le réseau de Santander Consumer, le pôle crédit à la consommation du groupe (constitué de 70 bureaux outre-Rhin auxquels s'ajoutent de nombreux accords avec des concessionnaires auto ou des magasins, par exemple), sont envisagés aussi bien la création de filiales que le recours à la libre prestation de services.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous