La Maif veut conquérir les jeunes enseignants

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

A quelques jours de la rentrée des classes, la Maif part à la conquête des 43 000 jeunes enseignants recrutés cette année par l’Education nationale en lançant une offre dédiée. Fidèle au principe de la solidarité intergénérationnelle, la mutuelle cherche en parallèle à renforcer la sélection de son portefeuille.

Conforme à sa stratégie dévoilée en mai dernier, la Maif mène l’offensive en direction des jeunes. Et plus spécialement, à l’approche de la rentrée scolaire en direction des quelque 43 000 jeunes enseignants recrutés cette année par l’Education nationale. Pour tenter de conquérir cette cible, moins encline que par le passé à rejoindre les rangs de la Maif, cette dernière a lancé une offre Jeunes enseignants combinant trois avantages tarifaires en fonction de la formule choisie. La réduction, qui peut s'élever entre 40 et 120 euros, dépendra en effet du nombre de contrats souscrits parmi les trois proposés : assurance auto, assurance logement et assurance des risques professionnels (offre Métiers de l’Education).

Le mutualisme bousculé par la loi Hamon

Contactée par l’Argus de l’Assurance, Christine Mathé-Cathala, directrice du marketing à la Maif, évoque un «petit coup de pouce, conforme à l’esprit de la Maif, de ne pas pratiquer de surprimes auprès des jeunes conducteurs mais de mutualiser le risque avec les plus anciens.»

Une conviction toutefois chahutée ces dernières semaines par le projet de loi consommation de Benoît Hamon qui introduit la résiliation à tout instant des contrats auto et habitation au bout d’un an. Et avec elle, le risque d’une plus grande volatilité des portefeuilles. «Nous sommes dans une logique de recrutement choisi et non pas subi, sans chercher à saisir des opportunités sous le seul prisme du tarif. La Maif a toujours recherché l’engagement dans la durée de ses sociétaires, la préservant ainsi des éventuels effets néfastes de la loi Hamon», souligne Christine Mathé-Cathala. Rien de surprenant si l’on en croit une étude Opinionway réalisée pour la Maif et publiée ce jour, selon laquelle 53% des enseignants déclarent accorder davantage d’importance au niveau de protection de leurs assurances qu’à leur coût.

Tournant stratégique

Face à cela, la Maif a soigneusement organisé sa riposte. Premièrement, en annonçant un gel de ses tarifs auto pour l’année 2014 en mai dernier. Deuxièmement, en se remettant en position de conquérir de nouveaux sociétaires. Mais pas sans stratégie. La mutuelle s’efforce désormais de segmenter ses risques et de sélectionner à l’entrée en ciblant de nouveaux publics, et particulièrement les jeunes actifs âgés de 22 à 30 ans. Ces derniers - autres que les enseignants - peuvent également accéder à la Maif via Filia-Maif, une offre disponible sur Internet articulée autour de l’auto, de l’habitation et de la santé.

Une santé financière solide

Une orientation stratégique que la mutuelle - forte de ses 3,424 millions de véhicules et 3,088 millions logements assurés - peut d’autant plus se permettre au regard des performances techniques et financières enregistrées en 2012. Le résultat net a plus que doublé entre 2011 et 2012, passant de 51 à 157 M€, sans compter les économies récurrentes attendues à moyen terme grâce à son plan de transformation (environ 75 M€ par an).



Effectuer une autre recherche

Rechercher