La Matmut se réorganise au sommet

Par - Publié le

,

,

,

,

De nouvelles têtes entrent au comité de direction de la mutuelle rouennaise. Une réorganisation qui traduit le repositionnement stratégique du groupe.

Isabelle Le Bot,
Directrice générale adjointe en charge des réseaux commerciaux
Isabelle Le Bot, Directrice générale adjointe en charge des réseaux commerciaux

Nouveau cap pour la Matmut. La mutuelle, qui a échoué en mai 2016 à s’allier à la Macif, accélère son repositionnement stratégique. Après avoir intégré la mutuelle santé Ociane et le spé­cialiste de l’assurance emprunteur Mutlog au sein de sa Sgam (société de groupe d’assurance mutuelle), le groupe a lancé un plan « Ambition Matmut » qui met l’accent sur la refon­te de la relation avec les sociétaires, le digital ainsi que la recherche de relais de croissance sur des marchés porteurs comme celui des professionnels.

Pour accompagner cette diversification, la Matmut réorganise son comité de direction autour de quatre directions métiers : IARD particuliers, son cœur de métier historique (77 % du CA) ; Entreprises, performance et risques (3,4 %) ; Assurance santé (14,7 %) et Finances et patrimoine (4,5 %). Cette derniè­re associe les activités de Matmut Vie, Matmut Services bancaires et les partenariats sur les activités de financement et de gestion de patrimoine.

La direction générale adjointe finan­ces et patrimoine est confiée à Tristan de La Fonchais. Âgé de 50 ans, diplômé du CESB (Centre études supérieures de banque) et titulaire du DESS Assurance, Banque et Finance de Paris X, il était depuis 2009 DG adjoint du groupe, en charge des réseaux commerciaux ainsi que des servi­ces bancaires. Il est aussi, depuis 2017, DG de Matmut Vie et président d’OFI Patrimonial. La direction générale adjoin­te santé est confiée à Stépha­ne Hasselot, qui a rejoint le groupe Matmut lors de l’intégration de la mutuelle Ociane au 1er janvier 2017 (désormais mutuelle Ociane Groupe Matmut). Âgé de 48 ans, diplômé de l’Institut supérieur de gestion, il avait intégré Ociane en 2010 en qualité de directeur financier, avant d’en devenir le DG.

La Mutuelle, en quête de relais de croissance

La Matmut, dont le bénéfice net a reculé de 56 % en 2016, est en quête de nouveaux relais de croissance. Dans le cadre de son projet d’entreprise « Ambition Matmut », elle accélère son développement sur le marché des professionnels (7,6 % du CA total du groupe en 2016, tous segments confondus) et sur les activités de financement et de gestion du patrimoine (4,5 % du CA en 2016). L’intégration de la mutuelle Ociane lui a, en outre, permis de multiplier par 4 son activité en assurance santé. La Matmut, dont le repositionnement s’est traduit par une nouvelle image de marque, celle de « complice de vies », veut fidéliser ses sociétaires en revisitant la relation. « Mon but n’est pas de faire de la Matmut une société de services, mais pour faire de l’assurance aujourd’hui, il faut l’accompagner par un certain nombre de services », expliquait Nicolas Gomart, le directeur général, lors de la présentation des résultats annuels.

Une recrue d’Axa France

Auprès de ces directions métiers, la Matmut créera, en 2018, une direction dédiée à la relation avec les sociétaires (3,2 millions) afin de mettre l’accent sur l’omnicanal et d’encourager le multiéquipement. Pour la piloter, la mutuelle a débauché la directrice de la distribution et du pilotage économique des réseaux d’Axa France Isabelle Le Bot, et l’a nommée directrice générale adjoin­te en charge des réseaux commer­ciaux. Âgée de 48 ans, diplômée de l’Essec, de l’École de formation du Barreau de Paris et titulaire d’un DESS en droit des affaires et de la fiscalité, elle a été, successivement, au sein d’Axa France, directrice des partenariats (de 2007 à 2010), directrice développement commercial et marketing multicanal (de 2011 à 2013) et directrice du marché des professionnels (de 2013 à 2015).

Préparer Solvabilité 2

À l’heure de Solvabilité 2, la mutuelle crée une direction pilotage économique et financier afin de regrouper les activités comptabilité, finances, contrôle de gestion, placements et actuariat. Elle est confiée à Stépha­ne Muller venu du Crédit mutuel Arkéa. Âgé de 46 ans, diplô­mé en droit et de la Brest Business School, il a été DG de Suravenir Assurances entre 2007 et 2013, puis président des directoires d’Arkea Investment Services.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous