Laurent Ouazana : « Non, Ciprés n'est pas à vendre ! »

Par - Publié le

,

,

,

,

,

Face aux rumeurs qui bruissent sur la mise en vente du groupe de courtage Ciprés Assurances, Laurent Ouazana, président du directoire de l'entreprise, confirme à l'Argus que le courtier n'est absolument pas à vendre. Suite aux excellents résultats 2016, le groupe entreprend juste une opération de réaménagement de son capital afin de renforcer la part du management et, éventuellement, faire rentrer un deuxième fonds d'investissement.

Laurent Ouazana
Laurent Ouazana
Vincent Colin

Chez Ciprés Assurances, l’effet « fonds d’investissement » est profitable et n'est donc pas prêt de s'éroder. Le courtier grossiste, soutenu (dans le cadre d'un LBO) par l'américain TA Associates depuis 2014, a confié depuis quelques semaines à la banque d'affaires UBS le soin de valoriser son entreprise en vue de réaménager le capital. Objectif : y faire monter le management.

«TA Associates détient 74% du capital contre 26% pour le management dont je souhaite renforcer la part», confie à l'Argus Laurent Ouazana, président du directoire de Ciprés Assurances dont il se répète, sur le marché, que l'entreprise est à vendre.« Mais non, Ciprès n'est pas à vendre! s'insurge l'intéressé. Le point de départ de cette opération date d'il y a 4 semaines quand nous avons regardé nos résultats, en avance sur nos objectifs et que j'ai souhaité renforcer le management, ce qui passe par la case valorisation...  ».

Une équipe dirigeante «plus que jamais en place»

Toutes les banques d'affaires auraient alors appelé ainsi qu'une quinzaine de fonds. Il faut dire qu'après avoir vu son chiffre d'affaires croître de 18% en 2015 à 55M€, Ciprés Assurances a à nouveau vu son chiffre d'affaires 2016 progresser de 18%, celui-ci s'élevant à 65 M€. A ce rythme, l'objectif de 100 M€ en 2020 devrait donc être dépassé avant l'échéance. « UBS nous aide à réfléchir sur l'éventuelle entrée au capital d'un deuxième fonds, des analyses sont en cours qui aboutiront avant l'été, mais l'équipe dirigeante est plus que jamais en place !  »

Une pratique courante

David Salabi, président de la banque d'affaires Cambon Partners, qui avait mené la première opération de LBO, confirme la logique de la pratique menée actuellement par Ciprés Assurances. « Cela reflète le marché du courtage, Ciprés est un groupe leader, très performant et innovant qui a la confiance des acheteurs et qui veut certainement repartir sur un nouveau plan stratégique de développement ambitieux avec l'assise renforcée de son management. Faire entrer un autre fonds est une pratique courante lorsque les entreprises connaissent un fort essor. » Contactée par l'Argus, la banque d'affaires UBS n'a pas souhaité répondre à nos questions.


Laurent Ouazana

Laurent Ouazana

Président de Ciprés

Laurent Ouazana est né en janvier 1965. 1986 : diplôme de l'École nationale d'assurances (Enass). 1987-98 : direction courtage de La Bâloise-La Suisse assurances. 1998-2000 : poste de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher