Le BTP crée un chèque santé pour les actifs les plus modestes

Par - Publié le

,

,

,

,

Le groupe de protection sociale PRO BTP a décidé de renforcer ses aides à l’accès aux soins des populations les plus fragiles et d’étendre le dispositif aux actifs. En attendant la réforme de l’aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) annoncée par le gouvernement.

PRO BTP entend bien maintenir son effort en matière d’action sociale santé et prévoyance, qui s’élève à 70 M€ par an. A compter du 1er janvier 2014, le groupe de protection sociale du bâtiment et des travaux publics va consacrer quelque 5 M€ supplémentaires à l’amélioration de son dispositif d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) pour ses adhérents les plus fragiles. L’objectif n’est pas de se substituer à l’intervention des pouvoirs publics mais «d’agir en complément», précise bien Stéphan Reuge, directeur prévoyance et assurance, après avoir rappelé que le groupe paritaire réalise 45% de son activité santé en individuel.

Des aides doublées

Mesure emblématique de ces évolutions : le «chèque santé du BTP» voit ses différents montants doublés et son périmètre s’étendre, au-delà des retraités bénéficiaires de l’ACS, aux actifs qui perçoivent également l'aide publique (1). En pleine généralisation de la couverture santé collective, les partenaires sociaux de la profession ont voulu favoriser «le maintien des niveaux de garanties», «lisser les aléas professionnels» pour les actifs à faible revenu. A titre d’exemple, le souscripteur de 50 ans d’un contrat Bien-Etre verra sa cotisation ramenée aux environs de 10 € une fois déduites l’ACS (350 €/an) et l’aide PRO BTP (120€/an).

Tarif très réduit pour les apprentis

Avec ce type d’action, il s’agit bien évidemment pour le groupe d’éviter le départ de certains adhérents. Cela dit, PRO BTP ne manque pas de rappeler qu’il n’existe pas de clause de désignation en santé dans le BTP, et qu’il n’a pas attendu les débats actuels sur la solidarité dans les branches professionnelles pour agir. «Depuis plus de 30 ans, le BTP maintient la couverture santé pour les salariés en longue maladie ou en invalidité», relève Stéphan Reuge, qui cite également les six mois de cotisations gratuites lors du passage à la retraite ou le contrat spécialement adapté pour les apprentis à partir de 2,5 € par mois.

L'impact de la réforme de l'ACS

Cette politique de «solidarité professionnelle tout au long de la vie» risque cependant d’être ébranlée par la réforme de l’ACS inscrite dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) 2014, qui prévoit une sélection des couvertures éligibles à l’aide publique. Le référencement d’un contrat de PRO BTP pourrait se heurter à son caractère professionnel : le groupe ne peut accepter que l’adhésion de ressortissants du bâtiment et des travaux publics. «Nous nous adapterons à la nouvelle situation», tempère Stéphan Reuge, qui souhaite néanmoins que la nouvelle procédure favorise au maximum «les maintiens de garantie et d’opérateurs».

(1) L'ACS s'adresse aux personnes dont les revenus sont situés juste au dessus du plafond de la CMU-C. Son montant varie en fonction de l'âge.
 



Effectuer une autre recherche

Rechercher