AMRAE 2017

Le coût des catastrophes naturelles au plus haut depuis 2012

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

En 2016, les catastrophes naturelles ont généré plus de 175 Md$ (environ 167 Md€) de dommages matériels dans le monde, selon le bilan dressé par le réassureur Munich Re. Sur ce montant, à peine 30% des pertes sont couvertes par l’assurance.

En Amérique du Nord, l’ouragan Matthew a généré 10 Md$ de pertes dont 2,5 Md$ assurées, selon Munich Re.
En Amérique du Nord, l’ouragan Matthew a généré 10 Md$ de pertes dont 2,5 Md$ assurées, selon Munich Re.
© NASA image by Jeff Schmaltz, MODIS Rapid Response Team

L’année 2016 restera marquée par une recrudescence des catastrophes naturelles en fréquence comme en coûts. Dans une étude publiée ce jour, le réassureur allemand Munich Re a recensé l’an dernier près de 750 évènements (inondations, tempêtes, ouragan, séismes…) au niveau mondial, contre 730 en 2015, pour un montant des dommages de l’ordre de 175 Md$ (environ 167 Md€). Un chiffre en progression de près de 70% par rapport en 2015.

70% des dommages ne sont pas assurés

Autre enseignement marquant de ce bilan annuel : les pertes assurées pèsent pour à peine 30% de la facture globale, soit 50 Md$. Ce taux de couverture reste stable dans le temps puisqu’il s’inscrit dans la moyenne des 30 dernières années. Il masque toutefois de profondes disparités entre les zones sinistrées. La preuve : les tempêtes de mai-juin en Europe ont produit 6 Md$ de dégâts (environ 5,7 Md€), dont 47% sont assurés. Rien qu'en France, les inondation de mai, l'un des plus gros sinistres cat' nat' depuis 1982, ont engendré plus d'1 Md€ de dégâts assurés.

A l’inverse, les inondations qui ont frappé la Chine en juin et juillet ont occasionné près de 20 Md$ (19,1 Md€ environ) de pertes dont seulement 2% ont fait l’objet d’une indemnisation par l’assurance.

« Le pourcentage élevé de pertes non assurées, en particulier dans les pays émergents et les pays en développement, demeure une préoccupation », indique Torsten Jeworrek, membre du conseil d’administration de Munich Re. Et d’ajouter : « Une plus grande densité d'assurance est importante, car elle contribue à réduire les conséquences financières d'une catastrophe pour plus personnes. L'industrie de l’assurance doit être en mesure de supporter une part beaucoup plus forte de risques imprévisibles. »

A noter que, dans le même temps, le nombre de décès consécutifs à une catastrophe naturelle a été divisé par 3 entre 2015 et 2016 pour atteindre 8700, dans la moyenne des trois dernières décennies.

Un coût de 10 Md$ pour l’ouragan Matthew

Les deux catastrophes naturelles les plus coûteuses en dommages ont été localisées en Asie. Le séisme qui a frappé le Japon en avril a provoqué pour 31 Md$ de dommages (dont 81% non assurés) suivies des inondations en Chine. En Amérique du Nord, l’ouragan Matthew a généré 10 Md$ de pertes dont 2,5 Md$ assurées. Une facture in fine nettement inférieure aux premières estimations, de l'ordre de 25 à 30 Md$.

L'essentiel des dommages liés à l'ouragan avait été supporté par des réassureurs mondiaux à l'instar de Munich Re, Swiss Re, Hannover Re ou encore Scor.

Les cinq catastrophes naturelles les plus coûteuses de 2016  (Source : Munich Re)



Effectuer une autre recherche

Rechercher