AMRAE 2015

AMRAE 2015

precedent Suivant 23e Rencontres de l'Amrae : les temps forts 5 / 21

Le marché des grands risques échappe à la logique des cycles

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La dernière plénière de la 23e édition des Rencontres de l’Amrae a permis d’entendre l’opinion des assureurs internationaux. Inga Beale, CEO du Lloyd’s, Nadia Côté, DG France d’Ace Europe, Richard Pryce, CEO de QBE et Alan Wilson, Directeur zone Asie de MSIJ Holdings ont exprimé leurs inquiétudes et objectifs sur un marché mondial toujours « soft », comme ils le disent.

Un marché qui n’arrive pas à inverser le cycle baissier malgré l’apparition de nouveaux risques cyber, environnementaux, climatiques et malgré le développement sur les marchés émergents.


« Notre industrie de l’assurance est mieux gérée qu’il y a 15 ans. Les investissements sont plus conservateurs ce qui réduit l’impact des événements politico-économiques. Néanmoins, même si les assureurs sont toujours rentables, ils le sont moins que par le passé », Richard Pryce, CEO de QBE. - © Claire Latour

«Globalement, notre marché affiche une surcapacité d’environ 200Md$ due en partie par l’arrivée d’acteurs non traditionnels sur le marché primaire comme les réassureurs, par exemple. Il faudrait un événement considérable pour changer le cycle « soft » dans lequel nous sommes. Mais même un événement comme Katrina n’y parviendrait pas,» Nadia Côté, directrice générale France d’Ace. - © Claire Latour

« Je suis toujours étonnée que l’on continue à parler de cycle. Notre marché a dépensé des millions d’euros et de dollars dans les outils de modélisation. Or, en tant qu’ancienne souscriptrice, je pense qu’il faut être davantage dans une approche technique et personnalisée qui nous éloignerait de cette notion de cycle », Inga Beale, CEO du Lloyd’s. - © Claire Latour

« La zone Asie, hors Chine, est un vrai potentiel de croissance pour l’assurance avec ses quelque 600 millions d’habitants. En effet, ces pays affichent une croissance économique de l’ordre de 2 à 3 %, tandis que leur niveau d’équipement en assurance représente le tiers de ce qu’il pourrait être », Alan Wilson, Directeur zone Asie de MSIJ Holdings. - © Claire Latour

«Le coût global de l’économie va augmenter avec les attaques cyber. On estime déjà à 2,5 Md$ l’impact actuel au niveau mondial. Il est donc certain que les entreprises vont devoir se protéger individuellement de ce nouveau risque », Inga Beale, CEO du Loyd’s. - © Claire Latour

precedent Suivant 23e Rencontres de l'Amrae : les temps forts 5 / 21


Effectuer une autre recherche

Rechercher