Les assureurs à la conquête des jeunes et des étudiants

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Pour conquérir et fidéliser les étudiants et plus largement les jeunes, les assureurs lancent des offres ultra-packagées et marketées. Cibles prioritaires : les produits habitation et auto, qui intègrent leurs nouveaux modes de vie.


iStock

Les jeunes ont longtemps été la bête noire des assureurs. Tout le contraire des banques, qui déploient depuis des années des trésors d’ingéniosité pour ­amener cette population à ouvrir leur premier compte chez elles… en espérant qu’il prospérera.

Si l’on se fie au déluge de messages publicitaires destinés aux jeunes en cette période de rentrée, les assureurs ont changé de regard. « Nos sociétaires sont très fidèles, mais ils vieillissent, expli­que Christophe Rougon, responsable du marketing client du groupe Macif. Nous ­souhaitons attirer les jeunes, en ciblant tout particulièrement les 18-25 ans, quel que soit leur statut : étudiant, apprenti, sans em­ploi ou entrant dans la vie active. »

Plus d’étudiants, mobiles et collaboratifs

  • 2,5 millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur. (+7 % en cinq ans.)
  • 300 000 étrangers étudient en France, et 73 400 Français étudient à l’étranger. Mais 80 % des Français aimeraient étudier à l’étranger.
  • 36 700 étudiants français ont participé au programme Erasmus en 2014.
  • 31 % des jeunes de 18 à 24 ans ont vécu ou vivent en colocation.
    sources : Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche- Campus France-Commission européennesondage CSA-Guy Hoquet sur l’habitat de demain.

Un marqueur d’autonomie

De fait, hormis pour la complémentaire santé (notamment lors des séjours ou stages à l’étranger), les assureurs font peu la distinction entre les étudiants et les jeunes actifs. L’entrée dans la vie active est pourtant une ­période charnière : « C’est le moment où un jeune commence à se poser des questions sur ­l’assurance », observe Elisabeth Havis, directrice générale adjointe de la Matmut, en charge de la production, du ­marketing et de la prévention. La mutuelle considère que l’assurance habitation est un bon moyen de les capter : « C’est souvent leur ­premier besoin, poursuit-elle. Mais l’assurance auto est aussi une étape importan­te dans leur quête d’autonomie. »

Ce besoin d’indépendance a un impact sur leur façon de s’informer et de s’équiper. Contrairement aux idées reçues, les jeunes ne souscrivent pas plus en ligne que leurs aînés : « Ils sont très attachés aux médias numériques, observe Christophe Rougon. Mais ils ont aussi besoin de pédagogie : avant de souscrire, ils apprécient qu’on leur explique les garanties et qu’on les rassure. L’assurance n’est pas un domaine qui leur est familier. S’en occuper est un signe de leur prise d’autonomie… même si les parents restent les principaux prescripteurs. »

Cette prescription familiale reste primordiale, chez les mutuelles aussi bien que chez les assureurs. Axa France l’a bien compris en proposant des réductions tarifaires aux enfants d’assurés : 40 % sur l’assurance auto et 20 % sur l’assurance habitation du programme Switch by Axa. Plus de 100 000 enfants de clients en béné­ficient.

Lancé en 2013 et destiné aux 18-29 ans, le programme Switch est l’archétype des offres packagées lancées au cours des deux derniè­res années. « Nous avons un parti pris fort : ne pas atten­dre que jeunesse se passe, explique ­Damien de Ponthaud, responsable du ­segment des jeunes d’Axa France. Nous voulons donc accompagner les jeunes dès qu’ils commencent à prendre leur autonomie en répon­dant à leurs besoins-­clés : les assurances habitation et auto ainsi que le compte ­bancaire. » Ce qui n’empêche pas la gamme Switch de proposer bien d’autres garanties : assurance ski, études à l’étranger, protection juridique, complémentaire santé et même e-réputation.

Sur le même principe, la Macif a conçu l’offre Prem’s pour les 18-25 ans : cette assurance habitation ultra-packagée (60 € par an pour assurer un logement d’une ou deux pièces, incluant des garan­ties RC et prévoyance) est le socle de sa ­démarche. La ­mutuelle propose ensuite ses services bancaires, sa complémentaire santé et toute une gamme d’avantages et de services spécialement conçus pour les jeunes, grâce à des partenariats noués avec HP, Reebok, Adidas…

Axa joue également la carte des bons plans : le site du programme Switch est conçu comme une commu­nauté donnant accès à des réductions chez les partenaires nationaux (Adidas, Apple, Gaumont Pathé, Disneyland, etc.), mais aussi auprès de n’importe quel commerçant. « C’est un programme participatif, explique Damien de Ponthaud. Si un étudiant nous envoie la photo géolocalisée d’un commerce, nous pouvons négocier un bon plan pour lui, puis le faire partager à la communauté. »

Écoles : informer sans influencer

  • Les écoles d’ingénieurs et de commerce imposent des périodes de scolarité ou de stage à l’étranger : elles informent alors leurs étudiants sur la nécessité de souscrire une complémentaire santé spécifique si ce séjour a lieu hors de l’Union européenne. « La règle est de présenter les offres des assureurs de façon neutre, explique-t-on à Kedge Business School. Exactement comme pour la sécurité sociale étudiante. »
  • Cela n’empêche pas les assureurs d’être actifs, en sponsorisant certains événements, par exemple. La Macif teste actuellement une nouvelle forme d’action sur les campus de Rennes, Marseille et Aix-en-Provence : « Nous faisons du conseil et de l’information pour proposer aux jeunes des alternatives aux mutuelles étudiantes, explique Christophe Rougon, directeur du marketing client. Ils découvrent alors que nous ne faisons pas que de l’assurance auto et habitation... et que nous pouvons leur proposer une offre moderne, même si nous assurons leurs parents ! »

Nouvelles habitudes de vie, nouveaux produits

Dans le même état d’esprit, les assureurs ont pris en compte les nouvelles habitudes de vie des jeunes : près d’un tiers d’entre eux a vécu ou vit en colocation, la ­plupart pratiquent le covoiturage, 70 % considèrent qu’il est plus grave de se faire voler son smartphone que sa voiture !

C’est ainsi que, le 11 juin dernier, la Maif a lancé, une gamme spécialement conçue pour et par les jeunes. « Nous l’avons travaillée dans une logique de coconstruction, précise Nelly Brossard, directrice marketing. Nous avons réuni des jeunes et les avons écoutés parler de leurs ­besoins, envies et usages. C’est de là, par exemple, qu’est issue la garantie « biens nomades », en option de notre assurance habitation jeunes. »

En revanche, la garantie colocation, est désormais en inclusion dans la plupart des assurances habitation : tous les colocataires sont couverts par le même contrat pour les dommages classiques et peuvent souscrire, en option, une assurance individuelle.

Encore discrets sur le marché de l’assurance santé, dont le régime de base est géré par les mutuelles étudiantes, les assureurs classi­ques commencent à s’y intéresser en l’abordant par le biais des études et des stages à l’étranger : hors Union européenne, les jeunes doivent souscrire des garanties frais de santé spécifiques. Les ­assureurs peuvent leur proposer des garanties plus globales : assistance et rapatriement, vol ou perte de bagages, modification de billet d’avion, responsabilité ­civile…

Cet enrichissement de l’offre de base est la stratégie poursuivie par La Mutuelle des étudiants (LMDE) dans le cadre de son plan de transformation. Sa procédure de sauvegarde ayant été levée en avril dernier, elle vient de lancer une nouvelle offre de complémentaire santé, avec une garantie hospitalisation (4,75 € par mois) ainsi que des garanties complémentaires (de 8,10 € à 31,60 € par mois).

Depuis que la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnamts) a repris la gestion du régime de base, La mutuelle étudiante a singulièrement amélioré sa qualité de service : elle annonce aujourd’hui un délai moyen de traitement des feuilles de soins électroniques de sept jours pour le régime de base et de cinq jours pour le régime complé­mentaire. De plus, 364 000 étudiants ont créé le compte ameli.fr. Cette nouvelle rentrée permettra de réellement juger si ce plan de transformation tient ses promesses.

Matmut assure les jeunes conducteurs tous risques

  • Offre : assurance auto.
  • Promesse : la spécificité de l’assurance Auto Jeune conducteur de la Matmut... c’est qu’il n’y en a pas ! La mutuelle accepte la garantie tous risques sans distinction d’âge ou d’expérience, avec une majoration tarifaire « nettement inférieure à la moyenne » pour les conducteurs novices. La mutuelle considère en effet que ce risque est maintenant maîtrisé.
  • En inclusion.

Axa donne un « Joker taxi » aux jeunes conducteurs

  • Offre : garantie Joker dans l’assurance auto jeune conducteur.
  • Promesse : très investi dans la sécurité routière, Axa veut dissuader les jeunes de prendre le volant après une soirée trop arrosée. La garantie Joker permet aux assurés de moins de 30 ans qui ne sont pas en état de conduire leur véhicule, de laisser un proche prendre le volant sans franchise, ou de rentrer gratuitement en taxi (cinq fois par an, jusqu’à 50 km).
  • En inclusion.

La Maif garantit les biens nomades

  • Offre : garantie Biens nomades.
  • Promesse : garantie contre le bris ou le vol de tous ces objets nomades dont un jeune ne peut se passer (son smartphone, son ordinateur portable, sa guitare, son surf, etc.) La Maif fonde cette garantie sur une relation de confiance : tous ces biens sont couverts sans déclaration préalable.
  • En option dans l’assurance Habitation Jeunes.

Macif Prem’s met de la prévoyance dans sa MRH

  • Offre : contrat habitation Prem’s
  • Promesse : partant du principe que les jeunes ne peuvent échapper à l’assurance logement, car ils doivent fournir une attestation à leur bailleur, la Macif a décidé d’inclure de la responsabilité civile et de la prévoyance dans son contrat Prem’s, avec une couverture décès invalidité et une garantie « spéciale coup dur » (3 049 € en cas de redoublement pour cas de force majeure : une hospitalisation avant un examen par exemple).
  • En inclusion.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous