Les contrats prévoyance jugés indispensables mais peu souscrits (sondage)

Par - Publié le

,

,

,

Les Français sont inquiets pour leur avenir et conscients de la nécessité de s’y préparer. Mais l’argument financier est un frein à la souscription de produits d’assurance d’après un sondage par OpinionWay pour Prévoir.

Selon un sondage sur les Français face à leur avenir réalisé par OpinionWay pour Prévoir, groupe spécialisé dans l'assurance de personnes (en janvier 2017, auprès de 1 350 personnes), plus d’un Français sur deux considèrent qu’il est indispensable de souscrire un contrat de prévoyance. Cela résulte d’un sentiment général d’inquiétude pour le futur. Ils sont en effet 66% à déclarer avoir peur de l’avenir, en particulier les jeunes de 18 à 24 ans (75%), les femmes (72%), et les foyers gagnant moins de 2 500 nets mensuels.

Crainte de la perte d’autonomie

En tête des sujets d’inquiétude figurent la santé et la perte d’autonomie. 80% des Français en ont peur et 71% craignent de devoir faire face à celle d’un proche. Une crainte à laquelle s’ajoute la prise de conscience d’une baisse du niveau de vie au moment de la retraite pour 79% des Français et un sentiment d’être mal préparé face aux aléas de la vie.

Bonne connaissance des solutions d’assurance

Pour autant, le fait d’être mal préparé ne signifie pas que les Français ignorent les solutions d’assurance possibles. 75% déclarent avoir une bonne connaissance des contrats obsèques ; 70%, des contrats d’épargne retraite et 64% des contrats prévoyance. Mais peu encore ont franchi le cap de souscrire un contrat. 32 % déclarent avoir souscrit à un contrat de prévoyance décès / invalidité, 24% à un contrat d’épargne retraite et 36% envisagent de souscrire à un ou plusieurs de ces contrats. 58% des personnes interrogées jugent même qu’il est nécessaire d’y souscrire dès lors qu’on leur en a expliqué l’utilité.

Les principaux freins à la souscription évoqués par les personnes interrogées sont essentiellement d’ordre financier : 45% des personnes qui ne souhaitent pas adhérer à ces dispositifs estiment ne pas en avoir les moyens. Reste tout de même 29% qui estiment que cela n’est pas utile.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher